Coronavirus : fermeture de toutes les écoles dans l’académie d’Aix-Marseille, comment s'organiser ?

A partir du 16 mars, toutes les crèches, établissements scolaires et universités seront fermés jusqu'à nouvel ordre. Il s'agit d'endiguer la propagation de Covid-19 alors que 67 personnes sont atteintes par la maladie dans les Bouches-du-Rhône. Comment va se passer l'enseignement à distance ?

Illustration : à Marseille, une lasse d'école primaire vide.
Illustration : à Marseille, une lasse d'école primaire vide. © VALérie Vrel /Maxppp
Le président de la République l'a annoncé jeudi dans son allocution télévisée : toutes les crèches, tous les établissements scolaires et les universités seront fermés à partir du lundi 16 mars "jusqu'à nouvel ordre".

Ce vendredi, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a confirmé que la fermeture aurait lieu "au moins jusqu’aux vacances de printemps". Pour Laurent Saccomano, Président de l'URPS Médecins Libéraux PACA, "cette mesure s'imposait [...] afin de non seulement protéger les enfants mais aussi de limiter ce vecteur de contamination parce qu'on sait très bien que les enfants sont souvent porteurs sains. Ils peuvent être porteurs de la maladie mais aussi la transmettre".

Le recteur de la région académique Provence-Alpes Côte d'Azur, Bernard Beigner avait expliqué mercredi en conférence de presse que l'académie se préparait.

"Un plan de continuité pédagogique peut être mis en place grâce au CNED [Centre national d'enseignement à distance, ndlr], les enseignants non touchés par le virus continueront leur travail de suivi des élèves à distance".

660.000 élèves sont concernés das l'Académie Aix-Marseille.

Enseignement à distance

"Je ne sais pas quoi dire aux parents. On leur avait expliqué le contraire le matin même, explique une institutrice marseillaise. Ils ne savent pas du tout comment ils vont organiser les devoirs à distance".

Deux plateformes devraient être utilisées : 
 C’est le chef d’établissement qui communique l’adresse et les modalités d’inscription pour se connecter à la plateforme. Chaque élève bénéficie de son propre compte. Il peut s’y connecter depuis un ordinateur, une tablette ou un téléphone connecté.

Avant de commencer les séances, l’élève passe un quiz afin d’évaluer son niveau. S’il est en maternelle ou en primaire, il doit être accompagné d’un adulte. En revanche, les collégiens et lycéens sont autonomes. Les exercices sont prévus pour être effectués en une heure et peuvent être imprimés, tout comme les cours.

Les leçons et exercices correspondent aux éléments du programme du premier et du deuxième trimestre. Si l’épidémie devait durer, le CNED assure que les cours du troisième trimestre seraient accessibles. "Les enseignants et les équipes de direction seront présents dans leur établissement, a précisé le recteur Bernard Beigner, qui s'est engager à trouver des solutions, y compris pour les cas particuliers"

"Pour les élèves ne disposant pas d’un accès à internet, sera proposé un ensemble de documents à étudier et de travaux à réaliser, adaptés à la situation d’un accompagnement en famille", précise le site internet de l'Education nationale

L'université Aix-Marseille a assuré qu'un plan de continuité pédagogique et appelé tous les étudiants à activer leur boîte mail universitaire pour faciliter les échanges avec les enseignants.

Brevet et bac maintenus

"Le brevet des collèges et le baccalauréat seront des examens qui se dérouleront normalement aux dates prévues", a précisé le recteur.  

La veille, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, avait annoncé un assouplissement dans la tenue des E3C (épreuves de contrôle continu) qui comptent au total pour 30 % de la note au baccalauréat. La deuxième session des E3C démarrera bien le 20 avril et pourra se poursuivre jusqu’en juin, et non seulement en mai, comme annoncé initialement. 

La tenue des concours, dont certains sont programmés dans les prochaines semaines, sera examinée "au cas par cas", a dit Jean-Michel Blanquer qui veut "éviter de gâcher tout le travail accompli par les uns et les autres" pour se préparer.

Problèmes de garde

En apprenant la nouvelle jeudi, les parents ont dû trouver une solution rapidement. "Je vais prendre les 14 jours auxquels les parents ont droit en cas de fermeture des écoles, je n'ai pas le choix. Et après on verra comment faire", explique la mère d'une élève de six ans, à l'école Saint-Joseph de la Madeleine à Marseille.

"Je ne sais pas trop encore quelle sera notre organisation étant libérale je me pose des questions et me laisse le week-end pour aviser", dit une autre mère d'élève.

"L'inquiétude immédiate c'est la garde des enfants, a reconnu vendredi matin le recteur de l'académie, Bernard Beigner, sur France Bleu Provence. Nous allons dès ce matin réfléchir aux propositions que nous pouvons faire aux parents. Il faut en particulier veiller à la garde des enfants de tous ceux qui sont absolument nécessaires pour les services de santé, les soignants, il va y avoir un travail avec les mairies et il faut que dès lundi nous puissions proposer quelque chose".Le site internet de l'Education nationale précise que "pour les parents devant garder leur enfant à leur domicile, le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires pour qu’ils puissent le faire soit en télétravaillant lorsque c’est possible soit, à défaut, en bénéficiant d’un congé maladie délivré par le médecin de l’ARS (salariés du privé) ou d’une autorisation d’absence (agents publics) couvrant la durée de la période d’isolement de l’enfant".

Laurent Saccomano recommande en tout cas de ne pas faire garder les enfants par leurs grands-parents.

"Ce sont les personnes âgées, les personnes qui ont d'autres pathologies, qui souffrent le plus du coronavirus. Par conséquent il ne faut surtout pas que ces personnes à risque puissent être exposées à des personnes qui puissent leur transmettre cette maladie".

En service spécial pour les arrêts de travail

Pour les parents contraints de rester chez eux pour garder leur enfant sans pouvoir télétravailler, depuis mardi 4 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé ainsi que l’Assurance maladie ont ouvert le télé-service “declare.ameli.fr”, une plateforme qui permet à l’employeur de déclarer un arrêt de travail en ligne, sans que le salarié, non contaminé, ait à consulter son médecin. Il y a des conditions à remplir pour obtenir cet arrêt de travail et être indemnisé par la Sécurité sociale. Il faut par exemple que le ou les enfants qu’il doit garder à domicile aient moins de 16 ans. Un seul parent peut se voir délivrer l'arrêt de travail.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société coronavirus/covid-19 santé coronavirus - confinement : école à la maison