Coronavirus : à Marseille, “Dans les jours à venir nous devons prévoir que l'IHU sera saturé”

Le parcours fléché pour le dépistage du Coronavirus à l'IHU Méditerranée infection de Marseille. / © Paul Geli / Ftancetv
Le parcours fléché pour le dépistage du Coronavirus à l'IHU Méditerranée infection de Marseille. / © Paul Geli / Ftancetv

Les autorités sanitaires s'attendent à une augmentation des cas de coronavirus dans les semaines à venir. Des lits vont être libérés dans certains services pour les consacrer aux patients atteints de coronavirus en réanimation. Cinq personnels de l'AP-HM ont été testés positifs au virus.

Par GB, JP

Même si la région Provence-Alpes-Côte d'Azur "résiste plutôt bien", Antony Valdez, directeur de l’offre de soins ARS PACA, "on se prépare à une courbe exponentielle dans les semaines à venir."

Avec en priorité, la mobilisation des soignants et des lits nécessaires pour la réanimation des patients les plus gravement touchés par le coronavirus.

5 personnels hospitaliers positifs au coronavirus

A Marseille, cinq personnels hospitaliers ont été testés positifs au coronavirus, une diététicienne à l'hôpital de la Conception, deux internes et deux médecins de la Timone qui ne travaillaient pas ensemble. " La source de contamination n'est pas forcément hospitalière", a précisé Dominique Rossi, président de la CME AP-HM.

Pour les médecins et personnels hospitaliers mobilisés sur la crise, des crèches hospitalières sont ouvertes et des possibilités de garde à domicile sont étudiées, afin de leur permettre de rester disponible, malgré la fermeture des écoles.  

Avant la mise en place d'un "plan blanc" dans les hôpitaux, qui pourrait être déclaré "dans les prochaines heures ou les prochains jours", prévient Anthony Valdez, les autorités sanitaires organisent une "montée en charge" des lits de réanimation. "Nous allons augmenter de 250 lits notre capacité de soins critiques dans la région", précise le directeur de l’offre de soins ARS PACA. Des hôpitaux qui ne traitent pas actuellement les patients atteints de coronavirus seront amenés à en accueillir.

Des lits dédiés pour les patients en réanimation

Actuellement à Marseille, 15 lits sont consacrés à la réanimation des patients atteints de coronavirus. Dix à l'hôpital Nord et cinq à l'hôpital de la Timone. Seus quatre sont occupés pour l'instant.

"Dans les jours à venir nous devons prévoir que l'IHU [qui analyse les cas suspects à Marseille] sera saturé, explique Dominique Rossi, président de la CME AP-HM. Les personnes ne nécessitant pas de réanimation seront hospitalisées sur d'autres sites de l'AP-HM, dans des unités dédiées." Concrètement, des services qui ne sont pas habituellement dédiés au soin des maladies infectieuses comme le coronavirus pourront accueillir des malades en réanimation si besoin. Les personnels seront formés pour cela.

Il n'est pas question d'ouvrir des lits supplémentaire mais de répartir autrement l'accueil des patients.

Le Président de la République Emmanuel Macron a appelé jeudi à "déprogrammer immédiatement les interventions chirurgicales non urgentes et de déployer tous les moyens hospitaliers".

Le ministère de la Santé a précisé avoir adressé un courrier à toutes les ARS jeudi, l'agence francilienne précisant qu'il s'agit de "l'activation du niveau 2 du plan blanc", qui avait été "préparée avec tous les hôpitaux et cliniques".

Les opérations non-urgentes déprogrammées

"C'est pour ça que dès hier soir j'ai renvoyé à l'ensemble des établissements hospitaliers de la région des consignes pour déprogrammer toutes les interventions chirurgicales non urgentes, nécessaires de sorte que les salles de réanimation, de soins continus, de réveil ne soient pas encombrées et qu'on est la place pour accueillir des personnes la semaine prochaine quand on s'apercevra de l'augmentation des cas", a déclaré Philippe de Mester, directeur général de l'ARS Paca.

Tous les établissements, publics et privés sont concernés. C'est notamment le cas de l'AP-HM, l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille, qui compte quatre hôpitaux (Hôpital Nord, la Timone, la Conception, Hôpitaux Sud) et 3 400 lits, 3ème centre hospitalier universitaire de France.

Lorsque nous passerons à un stade 3 épidémique, les patients atteints du coronavirus qui ne présentent pas de symptôme graves seront pris en charge par des médecins de ville.

D'ores et déjà, les autorités sanitaires organisent la mise en place d'un plan de continuité face à l'absentéisme des personnels hospitalier "qui va s'accroître soit pour des raisons pathologiques soit parce que des personnes devront garder enfants ou personnes âgées". Mais il n'est pas encore prévu de geler les congés ou de rappeler les soignants retraités.

"Si la situation est nécessaire nous irons plus loin dans la mobilisation. On n'en n'est pas là", explique Jean-Olivier Arnaud, directeur général de l'AP-HM. Mais il précise : "Nous avons la capacité de faire appel aux élèves infirmières ou aides soignante si l'indisponibilité des équipes devrait s'accroitre dans une proportion importante."

151 personnes positives dans la région

"Il n'y a pas de solution miracle. Ce sont des phrases qui ne veulent pas dire grand chose car chaque année il y a des plans pour faire face à l'afflux de personnes fragiles", explique Eric Chabrière, épidémiologiste à l'IHU Méditerranée.

Depuis le 28 février, 151 personnes ont été testées positives au coronavirus Covid-19 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Parmi ces cas, sept personnes sont en réanimation.

Ces 151 personnes sont hospitalisées à l’AP-HM, à l’hôpital Saint-Joseph, à l’hôpital Européen, et dans neuf autres centres hospitaliers de la région : à Aix-en-Provence, Digne-les-Bains, Briançon, Gap, Antibes, Cannes, Toulon-La Seyne, Avignon et au CHU de Nice.

L’AP-HM est l’établissement sanitaire de référence pour la zone de défense Sud, qui comprend les régions PACA, Occitanie et Corse.

Les mesures pour faire face au coronavirus

Dans une allocation de 26 minutes jeudi soir, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures, pour tenter d'andiguer la progression du virus en France.

Le chef de l'Etat a ainsi demandé aux personnes "de plus de 70 ans" de rester à leur domicile et annoncé la fermeture des 62.000 écoles de France à partir de lundi, "jusqu'à nouvel ordre".

En revanche, le chef de l'Etat a confirmé que le premier tour des élections municipales, ce dimanche 15 mars, aurait bien lieu, s'appuyant sur l'avis de scientifiques que "rien ne s'oppose à ce que les Français se rendent aux urnes". 

Le chef de l'Etat a aussi invité les chefs d'enreprises "quand c'est possible de permettre à leurs employés de travailler à distance". Il a également appellé les Français à "faire bloc" et à la "discipline individuelle". De nouvelles mesures pour les rassemblements de personnes vont être prises.  

Le dernier bilan en date de l'épidémie de coronavirus en France fait état de 61 morts, contre 48 mercredi, pour 2.876 contaminations, annonce jeudi le ministère de la Santé.

Sur le nombre total de cas d'infection, qui a augmenté de près de 600 en 24 heures, 129 cas graves nécessitant une réanimation ont été recensés.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus