• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Eguilles : une stèle à la mémoire de Mauranne dévoilée sur la grand place

Sylvie et Dominique Harel aux côtés du maire d'Eguilles dévoilent la stèle à la mémoire de Mauranne. / © SPEICH Frederic/PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Sylvie et Dominique Harel aux côtés du maire d'Eguilles dévoilent la stèle à la mémoire de Mauranne. / © SPEICH Frederic/PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Le village d'Eguilles a rendu un nouvel hommage à Mauranne, assassinée à la gare saint-Charles à Marseille le 1er octobre dernier. Ce vendredi soir une stèle a été dévoilée en présence des parents de la jeune fille sur la grand place. 

Par Annie Vergnenegre

Beaucoup d'émotion dans l'assistance rassemblée ce vendredi soir au coeur du village d'Eguilles. Sylvie et Dominique Harel, les parents de Mauranne, la jeune fille assassinée avec sa cousine à Marseille le 1er octobre 2017, ont dévoilé une stèle aux côtés du maire Robert Dagorne qui a voulu que la grand place porte désormais son nom.

"C'était très attendu par la population", explique le maire d'Eguilles, "Mauranne a fait toute sa scolarité à Eguilles, elle a été animatrice au centre aéré, elle a fait des stages en maire d'Eguilles, toute la population la connaissait, il a semblé normal de lui rendre cet hommage." 

Ma fille la connaissait, je crois que c'est normal que tout le monde soit là,

souligne une anonyme dans l'assistance. "Je ne la connaissais pas personnellement, mais c'est comme si c'était ma fille, explique une mère également très émue, et je trouve que les gens oublient un peu vite, on n'est pas si nombreux que ça." 
"Mauranne, Laura, 20 ans victime du terrorisme à la gare St Charles à Marseille le 1er Octobre 2017, puissent vos coeurs et votre complicité être un message d'amour et d'unité" est-il écrit sur la stèle pour que les Eguillens n'oublient pas. La même plaque avait été dévoilée en présence du ministre de l'Intérieur sur le parvis de la gare marseillaise lundi. 

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus