Gardanne/Meyreuil : des associations de riverains se mobilisent contre l'implantation de nouvelles usines SEVESO

Publié le Mis à jour le
Écrit par Virginie Danger .

À Gardanne, un collectif d'associations de citoyens, de riverains de la Centrale thermique de Provence et des associations environnementales dénoncent la construction de nouvelles entreprises SEVESO en milieu urbanisé.

Deux ans déjà que les habitants des communes de Gardanne-Meyreuil lancent un cri de détresse aux pouvoirs publics. Leur courrier adressé, notamment au 1er ministre en décembre 2021, est resté lettre morte.

En cause, les projets industriels liés au Pacte pour la transition écologique du territoire Gardanne-Meyreuil, impulsé par l'État et signé en décembre 2020 par les différents acteurs institutionnels et privés, au premier rang desquels les collectivités locales : région Paca, Métropole Aix-Marseille-Provence ou encore le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Parmi ces projets industriels majeurs, la loi énergie-climat prévoit notamment d'implanter sur les communes de Gardanne-Meyreuil, des sites de production d'hydrogène vert, de e-méthanol (carburants à faible émission pour la mobilité terrestre, maritime et aérienne) et la création d'une scierie à côté de la centrale biomasse, elle-même classée SEVESO, qui brûle 850.000 tonnes de bois par an et 135.000 tonnes de charbon.

Tout le monde veut que l'on développe l'Industrie en France, nous on le comprend, mais il ne faut pas que ce soit toujours au même endroit et au détriment des mêmes populations.

Luc Le Mouel, co-président du CIQ Gardanne Est

Les riverains de la Centrale de Provence et associations environnementales dénoncent avec force l'implantation de ces nouvelles unités, classées pour partie SEVESO, en zone péri-urbaine et à proximité immédiate des centres de Gardanne-Meyreuil et d'autres communes, le tout, sans aucune consultation auprès des habitants.

Ils déplorent que la population soit tenue à l'écart des discussions entre l'État, les collectivités locales et les différents acteurs privés.

La crainte des risques industriels est dans toutes les têtes. Impossible pour les Gardannais d'occulter les catastrophes des usines d'AZF à Toulouse en 2001 et Lubrizol à Rouen en 2019, et les graves conséquences sanitaires qui en ont découlé.

"Des centaines d'habitants, d'enfants d'écoles maternelles et primaires, de salariés de petites et moyennes entreprises, de l'industrie et du commerce, de professions libérales, vivent, travaillent, font du sport dans les stades et gymnases, sont scolarisés à moins de 600 mètres tout autour de ce site. Leur vie seront en danger si rien n'est fait très rapidement", fustige Luc Le Mouel, co-président du CIQ Gardanne Est.

Luc Le Mouel ajoute, "les habitants s'inquiètent également qu'un incinérateur soit programmé sur ce même site, pour fabriquer du biométhane". En clair, par un procédé technique, des déchets sont chauffés à très haute température, de 800 à 1.500 degrés, en présence d'une faible quantité d'oxygène. S'en suit alors une conversion des déchets en gaz renouvelable, le biométhane.

"Nous proposons un projet alternatif" 

Opposés au Pacte pour la transition écologique et industrielle du territoire Gardanne-Meyreuil, les riverains proposent de le remplacer par la création d'un hôtel d'entreprises pour aider l'implantation de startups, comme cela se fait au Puits Morandat, dernier puits minier de Gardanne reconverti en pôle énergétique.

Selon les responsables des CIQ de la commune, la création de startups dans la recherche appliquée des énergies, de la santé et de la biodiversité complèterait la formation des ingénieurs du Campus Charpak (l'un des six centres de formation et de recherche de l'école des Mines de Saint-Étienne).

Les habitants ont envoyé leur projet alternatif au ministère de la Transition écologique ainsi qu'au président de la République. En vain.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité