Guerre entre le Hamas et Israël : la militante palestinienne Mariam Abu Daqqa arrêtée à Marseille

La philosophe palestinienne Mariam Abu Daqqa a été arrêtée et assignée à résidence, lundi 16 octobre à Marseille. Elle est menacée d'expulsion pour "trouble à l'ordre public".

Après avoir été interdite de conférence à l'Assemblée nationale, Mariam Abu Daqqa est désormais menacée d'expulsion du sol français. Son visa de court séjour lui a été retiré, lundi 16 octobre à 6h50 à Marseille. Elle est désormais assignée à résidence pour une durée 45 jours, ciblée par un arrêté d'expulsion "avec urgence absolue" signé du ministre de l'intérieur, selon le document que France 3 Provence-Alpes a pu consulter. La Palestinienne doit se maintenir dans les locaux où elle réside tous les jours entre 22h et 7h du matin, et se présenter tous les jours au commissariat.

Les interventions de la Palestinienne "sont de nature à attiser les tensions"

La participation de Mariam Abu Daqqa le samedi 7 octobre 2023 à une conférence intitulée "Résister à Gaza"  à St-Etienne, le jour de l'attaque du Hamas, lui est notamment reproché : "considérant [...] que lors de sa prise de parole, elle a notamment demandé la solidarité pour Gaza, estimant que le sujet n'était pas suffisamment abordé et demandant à ce qu'il le soit davantage lors de manifestations ou d'évènements sportifs, afin de mettre la pression sur le gouvernement français et sur l'Europe."

D'autres éléments sont évoqués dans l'arrêté d'expulsion à l'encontre de la Palestinienne, comme sa présence sur un cliché avec la banderole "on ne censure pas la lutte d'un peuple, Palestine vaincra" à l'issue de sa conférence du 7 octobre.

Enfin, son expulsion est également liée à l'attaque terroriste commise à Arras le vendredi 13 octobre, à la menace terroriste et au conflit en cours entre Israël et le Hamas, pour justifier que les interventions de Mariam Abu Daqqa "sont de nature à attiser les tensions, la haine et la violence entre les communautés et à créer de graves troubles à l'ordre public".

Une "répression féroce" dénonce le Collectif Palestine en Résistances

La militante palestinienne interdite d'accès à l'Assemblée nationale, avait donné une conférence sur ses combats à Martigues, vendredi 13 octobre 2023. Mariam Abu Daqqa est actuellement assignée à résidence à Marseille, et menacée d'expulsion.

Cette philosophe a suscité la controverse il y a une semaine, pour avoir tenu des conférences alors qu'elle est membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation classée terroriste par l’Union Européenne. "Elle ne fait pas du tout l'apologie du terrorisme, conteste Juliette Simon, membre du Collectif Palestine en Résistances à France 3 Provence-Alpes. On subit actuellement une répression féroce et nos camarades sont arrêtés en masse lors des manifestations aux quatre coins du pays. Ce qui est en train de se passer est très grave" a-t-elle réagit pour France 3 Provence-Alpes.