Gilets jaunes à La Ciotat : 8 gardes-à-vue dont 2 pour tentative d'homicide sur des policiers

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP / ND

Toujours dans le contexte des affrontements "après-manifs gilets jaunes" de ce samedi, 8 personnes ont été placées en garde à vue après des confrontations au péage de La Ciotat. Deux policiers ont été blessés.

Deux policiers ont été blessés au cours d'affrontements au péage de La Ciotat, ce samedi. Ils étaient face à une quarantaine de "casseurs" munis de cagoules et de casques qui leur jetaient des projectiles, a indiqué à l'AFP le commissaire de La Ciotat Matthieu Valet.

    

L'un des "casseurs" a foncé avec son scooter à deux reprises sur l'un des policiers, qui est tombé. Le fonctionnaire souffre notamment de contusions à la jambe. Il s'est vu prescrire trois jours d'ITT. Un autre homme sur un deux roues a également tenté de foncer sur un autre policier, a précisé Matthieu Valet.



Tentative d'homicide 



Les deux hommes ont été placés garde à vue pour "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique". Les six autres interpellés pour jets de projectiles.



Ambiance tendue sur le péage de La Ciotat    



De nombreux heurts avec les forces de l'ordre ont éclaté depuis une semaine au péage de la Ciotat en marge de rassemblements de gilets jaunes. Dans la nuit de jeudi à vendredi neuf personnes, dont deux mineurs, ont déjà été interpellées. Des pneus avaient été enflammés, du matériel urbain dégradé et des projectiles lancés sur les fonctionnaires de police. Lundi, huit personnes, sept hommes et une femme, avaient également été placés en détention provisoire après le saccage du péage durant le week-end.



36 personnes ont été interpellées depuis samedi soir dans les Bouches-du-Rhône dont 26 à Marseille et ses environs suite aux violences qui ont éclaté samedi soir dans le centre-ville, a indiqué la préfecture de police. Dix véhicules de police ont été incendiés ou dégradés, selon la même source.

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité