Logement social dans les Bouches-du-Rhône : mauvais résultats et colère des maires

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nathalie Deumier / avec AFP

Soixante maires des Bouches-du-Rhône sont pointés du doigt pour leurs mauvais résultats en matière de logement social. Quand le préfet leur dit qu'ils sont les plus mauvais maires de France, ça les met très en colère.

Le département des Bouches du Rhône détient le record de France des villes déficitaires en logements sociaux : 42 communes carencées sur 222 en France. Une soixantaine de maires des Bouches-du-Rhône ont exprimé leur colère, ce mercredi, après avoir été reçus par le préfet du département, Stéphane Bouillon. Ils affirment leur "impossibilité" à réaliser les 25% de logements sociaux fixés dans la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain.)
 

"C'est très facile de nous mettre au banc des accusésdéplore Georges Christiani (SE), maire de Mimet, en sortant de la convocation du préfet.

Cette réunion est consacrée à l'obligation fixée par la loi SRU d'avoir 25% de logements sociaux. Pour ce maire, également président de l'association des maires du 13 qui rassemble des municipalités hostiles au passage à la métropole, ces communes sont dans "l'impossibilité" de construire le quota de logements sociaux pour des raisons qui vont du prix du foncier, aux contraintes environnementales, en passant par les déficits d'équipements (crèches, écoles, restauration scolaire) qui doivent suivre les augmentations démographiques.

"Un impôt déguisé"


Georges Christiani évoque un "impôt déguisé", au sujet du prélèvement de 200.000 euros sur le budget de sa commune pour ne pas avoir respecté le nombre de logement sociaux. Et la menace de préemption de l'Etat, réitérée fin septembre par le président François Hollande, ne fait qu'attiser la colère de certains.

"Qu'ils préemptent, qu'ils fassent leurs logements et je mettrai des panneaux devant pour dire aux gens qu'ils n'auront pas de places en crèches et à l'école" s'emporte ainsi le maire de Châteauneuf-les-Martigues, Roland Mouren (SE).






De son côté, le préfet des Bouches-du-Rhône, Stéphane Bouillon, a prôné "le dialogue", affirmant que chacune de ces communes pourra être aidée. "Le gouvernement me demande de passer avec ces maires un contrat de "mixité sociale" qui nous permette de prendre en compte les difficultés territoriales", ces contrats devant être signés avant la fin du premier trimestre 2016.
Le préfet a expliqué que ce record des Bouches-du-Rhône était dû notamment à "un effet démographique". "119 communes pour 2 millions d'habitants", a-t-il détaillé, font qu'elles entrent ainsi dans les critères d'application de la loi qui oblige les communes de plus de 3.500 habitants (1.500 en Ile-de-France) à disposer d'au moins 25% de logements sociaux sur leur territoire.


Reportage de Robert Papin et Alban Poitevin / France 3 Provence Alpes

Intervenants :

- Georges Christiani
Président de l'Union des maires des Bouches-du-Rhône
- Béatrice Aliphat
Maire de Saint-Mitre les Remparts
- Danielle Million
Maire de Cassis
- Roland Mouren
Maire de Châteauneuf-les-Martigues
- Stéphane Bouillon
Préfet des Bouches-du-Rhône
durée de la vidéo: 01 min 52
Maires en préfecture



Reportage de Philippe Fabrègues et Olivier Ducros-Renaudin / France 3 Provence Alpes

Intervenants :
- Chantal Bonnefoux
Adjointe chargée de l'action sociale
Jean Favier
Maire de Saint Saturnin-lès-Avignon

durée de la vidéo: 01 min 46
Commune de Saint Saturnin