Boxe : initiation à un sport pour lutter contre la délinquance.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Inas Hamou Aldja

La tournée marseillaise « Reyes City Tour » fait étape dans la cité Felix Pyat ce vendredi 12 août à partir de 18 h 00. Une initiative solidaire pour mettre la boxe au cœur du combat contre la délinquance.

Le "Reyes City Tour" est organisé par le Bellevue Boxe, un club sportif fondé dans  la cité Felix Pyat. Son président Khireddine Balhoul veut remettre la boxe au cœur des quartiers. Selon lui, c’est un sport qui a disparu depuis quelques années ce qui aurait entraîné une augmentation de la délinquance. Au programme : une initiation au Padwork (enseignements des rudiments essentiels de l'art de la boxe), au Lady boxing (boxe féminine), la rencontre avec d'anciens champions de renom qui ont marqué les quartiers populaires et des combats de boxe ouvert à tous.


Le but du tournoi est de "dénicher la nouvelle pépite de chaque quartier" précise Khierddine Balhoul. Pour animer les combats, cinq champions sont invités : Zakaria Attou, Najib Mohammedi, Mehdi Sahnoune, Gregory Ouvrel, Karim Bouali. Tous ont accepté d’intervenir bénévolement  pour encourager les petits et grands marseillais à se frayer un chemin loin de la délinquance par la voie du sport.

Des combats de boxe comme "uppercut" contre la délinquance.


A Marseille, la délinquance fait quotidiennement la une de l'actualité, entre règlements de compte et violences. Pour contrer ce phénomène montant, Khierddine Balhoul croit dans la pratique du sport et en particulier de la boxe. 
"J’ai grandi dans la cité Felix Pyat. Nous, on avait beaucoup la bagarre comme moyen de se défouler, c’était comme un jeu. Et un jour, un grand de ma cité est venu me récupérer pour me diriger vers une salle de boxe. Avec mes collègues, on y allait pour s’entraîner tous les soirs au lieu de traîner dehors." Une manière pour Khireddine Balhoul de se défouler autrement. Fatigués, lui et ses amis rentraient chez eux sans traîner dans les halls d'immeuble. Ce qui leur a permis selon lui, de sortir des quartiers et de s' éloigner de la délinquance. La différence entre l’affrontement de rue et celui sur le ring est l’encadrement. Des règles bien précises, aucune mise en danger, un régime strict, et du respect.


Petit, ce sont des boxeurs tels que Gratien Tona et Karim Bouali qui lui ont transmis ce goût de la force mentale qu’apporte la boxe. Mais aujourd’hui, c’est à son tour de transmettre la passion du sport qui lui a permis de sortir des méandres de la cité. Karim Bouali (ancien champion du Monde intercontinental poids super léger) a tenu à être présent demain pour raconter son histoire et encourager la nouvelle génération à pratiquer ce sport. Quand Bellevue Boxe l'a invité au Reyes City Tour, il a accepté sans hésiter : "c'était comme une évidence car je me vois dans les yeux des gamins de cités.  La boxe m'a offert un train de vie inespéré. J'étais un gros bagarreur et la boxe m'a totalement sauvé de la délinquance. Après mes séjours en prison je me suis consacré à ce sport et j'ai finit pro en Angleterre". Il veut transmettre un message à la jeunesse : "consacrez vous au sport ! La boxe nous apprend la discipline, le savoir-vivre, mais surtout à ne jamais baisser les bras pour tout obstacle dans la vie." 

Transmettre des valeurs


Khireddine Balhoul prône par ce tour de boxe dans les cités, des valeurs qui lui sont chère : l’inclusion, le brassage intergénérationnel et multiculturel. "Ça donne une bonne osmose, les petits prennent exemple sur les grands et sont traités d’égal à égal. Et les filles sont aussi les bienvenues. Elles ont le choix entre boxer avec une fille ou un garçon." Cet encadrement que la boxe instaure lui a permis de réussir. Il est l’un des plus jeunes entraîneur de France et tient à faire le relais.

Au-delà de l’activité sportive il souhaite apprendre aux enfants le respect, la tolérance, la détermination. La tournée est ouverte à tout le monde. Du plus jeune au plus grand, le Reyes City Tour n’exclut personne.
"Initier les enfants dès leur jeune âge, c’est important, car ils grandissent avec des séries telles que Narcos et des clips de Rap et ne pratique aucune activité à temps plein. il faut leur donner un accès au sport et à un cadre en dehors de leur scolarité." Témoigne Khierddine Balhoul.


Khierddine Balhoul tempère "la boxe est un sport qui peut paraître effrayant et violent, mais en participant aux Reyes city tour, des habitants des quartiers, toutes générations confondues se sont intéressés à la boxe et ont souhaité s’inscrire." L’année prochaine, il espère des subventions, des sponsors afin de rendre les choses plus officielles. Sur le tract, faute de sponsor il est écrit "sponsorisée par dégun". Pourtant il n'y a jamais eu d'écart dans l'un des tournois que l'on a organisé."



Après la Bricarde, la Castellane, Frais Vallon, le Plan d’Aou, et Felix Pyat le ring gonflable n’a pas fini de faire le tour des cités, prochains arrêts: le Parc Kaliste et la Cayolle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité