Témoignages. "C’est un moment de répit" : à la distribution de la soupe populaire, les plus démunis à la recherche de réconfort

durée de la vidéo : 00h02mn08s
Depuis le 1er décembre, Emmaüs reprend la distribution de soupe aux Réformés, quatre jours par semaine. ©Malik Karouche/FTV
Publié le Mis à jour le Écrit par Mélanie Philips et Camille Bosshardt

Depuis le 1er décembre, Emmaüs a repris à Marseille la distribution de soupe aux Réformés, quatre jours par semaine. Un moment de partage qui existe depuis douze ans et qui est très attendus pour les plus démunis.

Des carottes, des courges, des oignons… Et surtout du cœur. Une soupe maison, cuisinée par les compagnons d'Emmaüs. Ils la distribueront tout l'hiver en haut de la Canebière. Momo est l’un des bénéficiaires. Cette soupe est un petit réconfort après les dures nuits qu’il passe dans la rue. "Là ça me chauffe les boyaux, car hier soir j’ai dormi dehors, donc ça fait du bien." Pour Katia, le sentiment est partagé. "C’est chaud, ça réchauffe le corps. On est nombreux à être pauvres."

Réchauffer les cœurs

Cette soupe n’est pas seulement un moyen de remplir son estomac, mais aussi de réchauffer son cœur et garder du lien avec l’autre. Alfred vient de Madagascar. Il espère trouver un travail pour rejoindre sa femme et ses trois enfants restés sur l'île, et revenir en France, un jour, avec eux. "Quand t'es tout seul, tu rentres dans ta dépression et quand tu parles avec des gens, même si tu connais, pas, tu évacues. Tu parles de tout et de rien, tu sors de ta bulle."

Oublier ses soucis le temps d'un repas chaud. Depuis 12 ans, les compagnons distribuent ainsi un peu de réconfort. "Ça leur fait du bien, puis nous aussi. C’est un moment de partage", raconte Rodolphe Devevey, compagnon d'Emmaüs. Pour Mustapha, "c’est l’espérance. C'est comme la maman, c’est eux qui te font à manger. C’est pareil".

Kamel Fassatoui est le responsable d’Emmaüs Pointe-Rouge. Ce dont il est sûr, c’est que les bénéficiaires ne viennent pas uniquement pour manger, mais aussi pour remplir ce besoin de fraternité. "On vient chercher de la soupe, mais il n’y a pas que ça. On vient chercher du lien, discuter, parler, échanger, et puis vivre un peu. C’est une sorte de pause, un moment de répit pour beaucoup."

Le camion s'installe aux Réformés le matin, du mardi au vendredi, et ce jusqu'au mois de mars. Seulement, la précarité augmente, alors l'équipe s'attend à devoir accueillir beaucoup plus de monde ces prochains jours. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité