Cancer du pancréas : des chercheurs marseillais font une découverte majeure pour mieux soigner les malades

En identifiant “la signature moléculaire” de cette tumeur qui a le moins bon taux de survie à cinq ans, les spécialistes de l'Institut Paoli-Calmettes estiment que les patients pourraient obtenir un traitement plus efficace.
 
Une lueur d’espoir pour les patients atteint du cancer du pancréas, l’une des formes les plus meurtrières de la maladie. Des chercheurs ont identifié la "signature moléculaire" de cette tumeur pour proposer au patient le traitement le plus adapté, et donc le plus efficace possible, a annoncé, lundi 2 novembre, le directeur de recherche à l'Inserm et directeur adjoint du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM).

"La différence de comportement des tumeurs est due à des expressions moléculaires: même si elles ont la même couleur de peau, à l'intérieur elles sont très différentes", a expliqué à l'AFP le docteur Juan Iovanna, qui dirige cette étude promue par l'Institut Paoli-Calmettes (IPC) de Marseille, en collaboration avec des bio-informaticiens de la Ligue contre le cancer.

Eviter de donner des traitements inutiles


"Avant de commencer tout traitement pour le cancer, on fait une biopsie lors de laquelle on prélève 200 cellules", rappelle le Dr Iovanna. "En les étudiant, on a identifié des signatures (appelées Pancreatic adenocarcinoma molecular gradient) qui déterminent le pronostic des patients, qui disent s'il va répondre ou pas à tel ou tel traitement".

"Quand vous donnez directement à un patient un médicament efficace, vous évitez de lui donner des traitements inutiles et vous lui donnez une chance de vivre plus longtemps", conclut le Dr Iovonna, d'autant plus que, face au cancer du pancréas, "il y a peu de possibilités".

Les chercheurs ont validé l'étude rétrospective, en travaillant sur 200 échantillons de tumeurs prélevés sur des patients et maintenues en vie en laboratoire, et attendent maintenant le financement pour une étude clinique prospective. Le cancer du pancréas est celui qui a le moins bon taux de survie à cinq ans. Il est de 14,6% en Australie, pays le plus performant en la matière, et de 7,9% au Royaume-Uni, soit le moins bon taux des sept pays observés, selon une étude Centre international de recherche contre le cancer, l'agence spécialisée de l'OMS pour la recherche sur le cancer parue en septembre 2019.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société cancer