• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Canicule : les Bouches-du-Rhône et le Var restent en vigilance jaune, on vous dit pourquoi

Plus des deux tiers des départements ont été placés en vigilance orange en France, / © AURENT EMMANUEL / AFP
Plus des deux tiers des départements ont été placés en vigilance orange en France, / © AURENT EMMANUEL / AFP

Plus des deux tiers des départements, dont le Vaucluse ou les Alpes-Maritimes ont été placés en vigilance orange, où le mercure a encore grimpé mardi. Dans le sud, deux départements font de la résistance, les Bouches-du-Rhône et le Var, toujours en vigilance jaune. Mais pourquoi ?

Par GB / FTV (avec AFP)

Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes ou Vaucluse, 65 départements ont été placés par Météo-France en vigilance orange, à deux jours du pic attendu d'une canicule inédite pour un mois de juin.

Les pics de température ont été enregistrés à Carpentras avec 38,9 °C, un record mensuel, à Aix-en-Provence avec 37,2 °C, selon Météo-France.

► Sébastien Debeaumont, délégué départemental de l'Agence régionale de Santé PACA, nous explique pourquoi deux départements limitrophes comme le Var et les Alpes-maritimes peuvent avoir des niveaux d'alerte différents :


Mercredi, la chaleur devrait encore de monter d'un cran. Météo-France prévoit 40 °C et un peu plus, notamment dans les vallées alpines et du Rhône, jusqu'aux portes de la Provence. D'autres records de chaleur sont attendus localement.

Jeudi devrait être le jour plus chaud au niveau national, mais les températures extrêmes sont attendues vendredi sur les régions languedociennes et provençales.

Bouches-du-Rhône et Var en vigilance jaune

La Provence et plus généralement le sud de la France sont habitués aux fortes chaleurs. La température y est aussi naturellement tempérée par l'air marin.

C'est l'une des raisons qui explique pourquoi les départements sans littoral ont été rapidement concernés par la vigilance orange. Mais le déclenchement de ce seuil dépend aussi de sa durée -au moins trois jours et trois nuits consécutives- et des températures observées de jour comme de nuit, à l'échelle des départements, et même des villes, explique Météo-France.  

Si à Paris, il faut des températures de 31 °C la journée et 21 °C la nuit pendant au moins trois jours consécutifs, le même critère n'est pas applicable à Marseille. La cité phocéenne serait en alerte canicule tout le mois d’août !

Pour le département des Bouches-du-Rhône, le seuil de canicule est de 35 °C la journée et 24 °C la nuit. Dans le Var, il faut 35 °C la journée et 23 °C la nuit.

Caractéristique des canicules, les nuits sont chaudes, avec des températures qui ne descendront pas sous les 19 °C à 23°, voire 25 dans de grandes agglomérations. Au-delà de 20 °C, les météorologues parlent de "nuit tropicale".

Toujours plus chaud dans les années à venir

Selon une étude internationale parue lundi, le réchauffement va générer mondialement des besoins en énergie accrus, pour les climatiseurs notamment, de +25 à +60 % d'ici à la moitié du siècle.

Cette vague de chaleur venue du Sahara ravive le souvenir de l'épisode d'août 2003, qui avait généré une surmortalité de 15.000 personnes sur plus de 15 jours (plus de 70.000 en Europe).

Il s'agit d'un épisode sans précédent par son intensité et sa précocité, et ce, depuis 1947 et l'établissement de relevés détaillés, souligne Météo-France.

Avec le réchauffement climatique, les scientifiques anticipent des vagues de chaleur deux à trois fois plus nombreuses d'ici au milieu du siècle.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Avignon, une journée au Festival 2019

Les + Lus