Chants homophobes pendant PSG-OM : on vous résume la polémique en 5 actes

Le PSG a écrasé l'OM dimanche soir 4 à 0 au Parc des Princes, en clôture de la 6e journée de Ligue 1, mais ce qui fait polémique ce lundi ce sont les chants homophobes entendus pendant la rencontre.

Les joueurs du PSG ont longuement dominé les Marseillais, en pleine crise de leur club, devant leur public du Parc des Princes dimanche 24 septembre sur le score de quatre buts à zéro, en clôture de la sixième journée de Ligue 1. Une victoire célébrée avec les Ultras, mais la soirée a aussi été marquée par une longue séquence de chants insultants envers les Marseillais, repris par certains joueurs parisiens. France 3 Provence-Alpes revient sur cette polémique en 5 actes.   

Acte 1 : Des chants homophones entonnés pendant 15 minutes

C'est de la tribune Boulogne du Parc des Princes que se sont élevés ces chants hostiles aux Marseillais après la victoire éclatante du PSG sur l'OM. Des chants hostiles et homophobes. Ils ont résonné dans l'enceinte du Parc des Princes : "les Marseillais sont des pé***, des fils de p****, des en*****".

Selon une journaliste de l'AFP, présente au stade pour suivre la rencontre, ces chants ont duré près d'un quart d'heure.

Sur ces images, diffusées sur Free Ligue 1, détenteur des droits digitaux du championnat de France, dont postées sur les réseaux sociaux, on peut notamment voir Layvin Kurzawa, Ousmane Dembélé, Randal Kolo Muani et Achraf Hakimi participant, hilares, à ces insultes envers les Marseillais. 

Acte 2 : Des joueurs du PSG incriminés

La polémique aurait pu s'arrêter là, mais des vidéos ont été relayées sur les réseaux sociaux à la fin de la rencontre, montrant au moins quatre joueurs parisiens participant à ces chants. "Marseillais : Ni*** ta mère".

Les joueurs incriminés risquent une suspension. En 2011, lors de la victoire de Marseille face à Montpellier en Coupe de la Ligue, le défenseur olympien Taye Taïwo avait écopé d'un match de suspension, de deux avec sursis, et d'une amende de 20 000 euros pour avoir proféré des insultes similaires à l'encontre du PSG ("Les Marseillais montent à Paris pour enc… le PSG"), bien qu'il s'en soit excusé quelques jours plus tard.

Plus récemment, le 30 août dernier, le joueur du FC Metz Kevin N'Doran a été sanctionné d'un match de suspension avec sursis par la commission de discipline de la LFP pour des propos homophobes lors de la mi-temps du match contre l'OM le 18 août. Des excuses publiques et immédiates dès le coup de sifflet final lui ont permis d'éviter une sanction plus lourde.

Acte 3 : L'entraineur parisien n'a rien entendu

A la conférence d'après-match dans la soirée de dimanche, l'entraîneur du PSG a été questionné sur l'incident. Poussé à réagir à la polémique déclenchée par ces images, mais il a botté en touche. Luis Enrique affirme : "Je n’ai pas entendu parler de bonnes ou de mauvaises choses ce soir".

"Je suis désolé mais, je ne comprends pas si les chants sont gentils ou méchants", s'est défendu le coach d'origine espagnole, qui n'exprime pas encore couramment en français.

Acte 4 : La ministre des Sports promet des sanctions

Ce lundi, Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, a promis des sanctions disciplinaires et judiciaires.

"Il est impensable de rester sourds à de tels chants haineux et homophobes dans nos tribunes", écrit la ministre dans un Tweet.

Il est urgent de les éradiquer de nos stades. Je me suis assurée dès hier soir qu’une réponse ferme soit adoptée.

Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports 

Amélie Oudéa-Castéra a invité le PSG a déposé plainte pour identifier les auteurs et les faire traduire en justice.

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), Olivier Klein, s'est saisi du dossier pour que des sanctions soient prises."Très choqué par les insupportables chants homophobes entendus au Parc des Princes lors du #PSGOM", a-t-il écrit sur son compte X. "Avec la DILCRAH, je vais saisir le club PSG et la ligue de football professionnel afin que des sanctions soient prises. Nous étudierons aussi les possibilités de saisir la justice", a-t-il ajouté.

La commission de la Ligue va analyser les images et devrait se réunir mercredi.

Acte 5 : Le PSG condamne

Le PSG "condamne toutes les formes de discrimination, notamment l’homophobie, et tient à rappeler qu’elles n’ont leur place ni dans les stades, ni dans la société", a indiqué le club à la direction des sports de Radio France.

"Le Paris Saint-Germain travaille depuis de nombreuses années avec des associations de référence dans la lutte contre toutes les discriminations, telles que SOS Homophobie, qui fait de la prévention au sein des centres de formation et de préformation, Sportitude, SOS Racisme et la Licra auprès du club et des supporters", a-t-il rappelé.

"Le Club entend renforcer encore son travail de prévention en matière de lutte contre l'homophobie et rencontrera dans les prochains jours l’ensemble de ses partenaires sur ce sujet essentiel".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité