Chasseurs et autres usagers de la nature, comment cohabiter pendant six mois de l'année

© Lionel VADAM/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© Lionel VADAM/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

En Paca, la chasse ouvre le 2e dimanche de septembre. Le partage de la nature entre chasseurs et les autres usagers, promeneurs, VTTIstes, cavaliers ou cueilleurs de champignons, est indispensable. Mais la cohabitation n'est pas toujours facile. Et les accidents encore trop fréquents. 

Par Annie Vergnenegre

Quand Pagnol était enfant, il chassait les Bartavelles avec son père dans la garrigue, au pied du Garlaban. De nos jours, on  chasse toujours la perdrix dans ce massif où les promeneurs sont nombreux à venir marcher dans les traces de l'auteur de la "Gloire de Mon Père". 
 

Attention ça tire


"En montant à la Croix en famille, on a croisé des chasseurs qui discutaient à côté de leurs voitures, raconte Pierre un touriste alsacien,

soudain des oiseaux se sont envolés, ils ont dégainé et tiré tout près de nous, on aurait pu être atteints, c'est très dangereux.

La cohabitation n'est pas toujours facile. "En allant courir avec mon chien, j'ai croisé un chasseur, il m'a lancé : "attention, c'est une zone de chasse", mais c'est à eux de faire attention, non?, témoigne encore Michel, il faut partager la nature". Hannah ne se sent pas très rassurée non plus quand elle sort en balade à cheval : "On entend les détonations et on ne sait pas si on ne va pas être pris pour un sanglier", dit-elle.
 
Des accidents, il y a en a. 113 pour la saison 2017-2018, 115 victimes, 13 morts dont 3 décès chez des non-chasseurs et 17 blessés.
► Saison 2017-2018 : 113 accidents 
► Saison 2016-2017 : 143 accidents 
► Saison 2015-2016 : 146 accidents
"Les chiffres sont en baisse depuis plusieurs années, souligne Jean-Yves Bichaton chef de service à l'ONCFS 13, "c’est le bilan le plus faible depuis les années 1990." Les accidents mortels, 13 l'an passé, ont quant à eux été divisés par 3 en 20 ans.
 

Les victimes des battues


Les accidents les plus fréquents interviennent lors de partie de chasse aux gros gibiers. En décembre dernier, un randonneur vauclusien de Modène a été pris pour un sanglier dans une forêt de la Drôme. 
Dans l'Aveyron, un chasseur croyant tiré un cerf a mortellement touché une femme dans son jardin. "Les accidents se multiplient dans les zones périurbaines", reconnaît Jacques Bouchet, chargé de la sécurité chasse à l'ONCFS. La tendance est inquiétante.
En Paca, le bilan a été lourd : 4 victimes, 2 morts et deux blessés. Les deux tués sont des chasseurs,  l'un à Seillons-source-d’Argens, l'autre à Sollies-Ville. Il y a aussi eu 2 blessés, des non-chasseurs, un promeneur touché à Cassis et un enfant de 12 ans blessé par son père alors qu'il participait à une battue.
 

Interdire la chasse le dimanche?


"Il y a une prise de conscience qu'il faut améliorer la sécurité", assure Jacques Bouchet. L'ONCFS donne des consignes de sécurité aux chasseurs, et recommande l'installation de panneaux lors des battues pour informer les autres usagers de la nature, il n'est pas question de se l'approprier, il faut la partager", souligne-t-il. Mais les fameux panneaux se font encore discrets.

Certaines sociétés de chasse informent aussi les mairies de leur jour de chasse, tout cela va dans le bon sens pour plus de sécurité,

estime le responsable de l'ONCFS. Le plus souvent, les accidents interviennent le dimanche et selon un sondage iFOP réalisé en 2017, 82 % des Français souhaitent que la chasse dominicale soit interdite. Malheureusement pour l’instant, cela n’est pas envisagé.


En perte de vitesse 


La chasse, c’est le 3e loisir préféré des Français, avec plus d’1,2 million de licenciés, après le foot (2,2 millions) et la pêche (1,5 million). Les effectifs chutent d'environ 2 % chaque année, la chasse est en perte de vitesse chez les jeunes. 

Dans la région Paca, on compte 68730 chasseurs. Et c’est dans les Bouches-du-Rhône et le Var qu’ils sont le plus nombreux. 
Bouche-du-Rhône : 19 159 chasseurs
Var : 17 719 chasseurs
Vaucluse : 11 357 chasseurs
Alpes de Haute-Provence HP : 7 666 chasseurs
Alpes maritimes : 7 344 chasseurs
Hautes-Alpes : 5 385 chasseurs.

Il n’y a pas d’âge limite, un chasseur de 99 ans a eu son permis validé cette année dans le Doubs. Pour remotiver ses troupes, la fédération a obtenu que le prix du permis national qui permet de chasser sur tout le territoire soit divisé par deux, il est passé de 400 à 200 €. 

Ouverte le 9 septembre dernier, la chasse est ouverte jusqu'au 28 février au soir. D’ici-là, il faudra que chasseurs et non chasseurs cohabitent en bonne intelligence. Et si vous souhaitez faire un tour dans les massifs de Pagnol, prenez vos précautions, habillez-vous de couleur vive, mettez une clochette à votre chien, et n’hésitez pas à parler fort pour vous faire repérer à distance surtout si vous êtes dans une zone très végétalisée.


 

Sur le même sujet

Les + Lus