Football : comment bombes agricoles et fumigènes peuvent-ils entrer dans les stades ?

Projectiles sur les joueurs, fumigènes dans les tribunes adverses... ce matériel interdit passe pourtant les filtres à l'entrée du stade. Ce mercredi soir se rejouera le match interrompu entre l'OM-Nice, à Troyes et à huis-clos. Sans saveur.

Des règles régissent les objets interdits ou autorisés dans les stades. Corne de brume, casques, animaux et fumigènes ne sont pas les bienvenus... Pourtant, les tribunes sont souvent bien rouges.

Michel Aliaga, responsable des sports à France 3 Provence-Alpes, évoque deux techniques pour les faire pénétrer dans les stades.

"Des clubs de supporters ont un local à l'intérieur du stade. Ils ont les clés et stockent des bâches, des tambours, trompettes... et préparent leur tifo (drapeau géant ndlr) quelques heures avant le match. Certains peuvent faire entrer des fumigènes par ce biais-là."     

"D'autres cachent le fumigène sur eux. C'est à peine plus grand qu'un rouge-à-lèvres. Il y a bien une fouille corporelle à l'entrée mais pas sur les parties génitales." 

Gilles, membre fondateur des Ultras, brigade Sud Nice, raconte que les supporters développent beaucoup d'ingéniosité quand il s'agit de cacher des objets illicites. "Certains les cachent dans les chasses d'eau quelques jours avant le match, dans le sol, dans les murs, les gaines, les boitiers électriques. Et dans eux-mêmes !" Certains se sont même brûlés alors qu'ils avaient un fumigène sur eux ou en eux.  

Difficile de contrôler 65.000 personnes, pressées d'entrer dans le stade. Pour ces deux spécialistes des tribunes, les fumigènes sont un spectacle pyrotechnique. Quand on les jette dans la tribune adverse, évidemment, leur vocation change. 

Les bombes agricoles peuvent être dangereuses si elles explosent près de l'oreille d'un joueur. Sinon, elles font partie de la panoplie (interdite) du spectacle.

Le jet de projectile sur un joueur entre dans une autre catégorie "Il faudrait une caméra pour repérer ce qui font ça et les exclure à vie,"  déclare Michel Aliaga. 

Les fumigènes et les bombes agricoles (ou patates agricoles) sont là pour le spectacle. Le problème ne repose pas tant sur ces accessoires que sur ceux qui les utilisent mal. 

"Il faut éduquer le public", selon Gilles, "Un fumigène de s'utilise pas n'importe où ni n'importe comment. Mieux vaut éduquer que sanctionner. Lorsque des tribunes entières sont fermées, ça énerve tous les supporters."

Michel Aliaga dénonce au contraire un laxisme très français "Après les graves incidents du Nice-OM, les Niçois ont reçu une petite claque. En Grande-Bretagne, ils auraient eu 15 points de pénalité et 10 matchs à huis-clos."    

De quoi dissuader les lanceurs de briquets sur joueurs de foot. 

Depuis le début de la saison, des matchs de l'OM sont perturbés par des jets de projectiles.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport om ogc nice