De la prison avec sursis pour le supporter de l'OGC Nice accusé d'avoir fait un salut nazi

Lors du match agité OGC Nice-OM du 22 août, il a été filmé en train de faire un geste ressemblant à un salut nazi. Le tribunal correctionnel de Nice l'a condamné à 12 mois de prison avec sursis et 3 ans d'interdiction de stade.

En détention provisoire depuis le vendredi 3 septembre, le supporter niçois accusé d'avoir effectué un salut nazi au stade a été jugé ce mercredi 13 octobre. Devant le tribunal correctionnel de Nice, ce commercial d'une trentaine d'années n'a cessé de répéter qu'il avait honte d'un geste qu'il jugeait aujourd'hui abject. Selon lui, pas d'idéologie, mais une provocation vis-à-vis des supporters marseillais.

L'homme était poursuivi pour "apologie de crime contre l’humanité" et "provocation à la haine à l’occasion d’une manifestation sportive". La procureure a requis à son encontre 9 mois de prison ferme aménagée en détention à domicile et 5 ans d'interdiction de stade, le tribunal a finalement prononcé une peine de 12 mois de prison avec sursis, et réduit l'interdiction de stade à 3 ans.

Le CRIF, le MRAP, et SOS Racisme s'étaient portés partie civile.

Cette peine peut dissuader d'autres supporters de commettre de tels actes. Il y a une réponse pénale.

Hanan Hmad, avocate de l'association SOS Racisme

Un match chaotique

Souvenez-vous, la rencontre de Ligue 1 entre l'OGC Nice et l'Olympique de Marseille le dimanche 22 août au stade Allianz Riviera a mal tourné. Alors que les Aiglons menaient 1-0, Dimitri Payet, le numéro 10 marseillais, reçoit une bouteille plastique au moment de faire un corner. Il la relance dans la tribune et la situation dégénère. Des supporters envahissent le terrain, des coups sont échangés entre les joueurs, les supporters et des membres du staff.

Le match est alors interrompu pendant une heure et demie, avant que l'arbitre ne mette fin officiellement à la rencontre, les Marseillais refusant de revenir jouer.

De nombreuses images de ce match chaotique ont circulé sur les réseaux sociaux. Parmi elles, cette vidéo d'un homme d'une trentaine d'années qui mime une kipa sur son crâne puis tend le bras comme pour un salut nazi. 

L'homme s'est rendu à la police après les faits. Il a alors été poursuivi en comparution immédiate pour "apologie de crime contre l’humanité" et "provocation à la haine à l’occasion d’une manifestation sportive".

Le prévenu avait demandé un délai pour préparer sa défense.

Déjà une condamnation et d'autres procès à venir

Cinq autres supporters devaient comparaitre lundi 11 octobre. Ils sont accusés d'avoir commis des violences lorsqu'ils ont envahi le terrain. Leur procès est reporté au mois de février 2022 en raison de la surcharge de l'audience ce lundi, rapporte l'AFP. D'ici là, les prévenus sont sous contrôle judiciaire et n'ont pas le droit de fréquenter les enceintes sportives.

Un supporter niçois a été jugé le 22 septembre et condamné à un an de prison avec sursis et 5 ans d'interdiction de stade. Il avait donné un coup de pied en direction de Dimitri Payet.  

Le match sera rejoué le 27 octobre à Troyes. Un point a été retiré à l'équipe niçoise qui menait 1-0.
    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport ogc nice justice société om