Covid 19 : le professeur Raoult attaque en justice un infectiologue du CHU de Grenoble pour diffamation

Le patron de l'IHU Mditerranée Infection à Marseille a porté plainte pour diffamation contre Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses au CHU de Grenoble, qui l'a notamment accusé de proférer des "fadaises" et d'avoir "bidonné" son étude sur l'hydroxychloroquine.

Le professeur Raoult a déjà déposé plusieurs plaintes depuis la fin de l'été.
Le professeur Raoult a déjà déposé plusieurs plaintes depuis la fin de l'été. © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
L'attaque est désormais la stratégie de défense du professeur Didier Raoult. Le spécialiste des maladies infectieuses a déposé une nouvelle plainte vendredi, "avec constitution de partie civile devant le tribunal judiciaire de Marseille suite aux propos injurieux et diffamatoires de M. Stahl lors d'un entretien à CNews en août", a indiqué à l'AFP Me Brice Grazzini, l'un des avocats du directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection. Jean-Paul Stahl est l'ancien président de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), à l'origine de la plainte portée contre le professeur marseillais auprès du conseil de l'ordre des médecins.

La Spilf accuse le microbiologiste de plusieurs entorses déontologiques liées à sa promotion de l'hydroxychloroquine pour le traitement des malades du Covid-19. Le professeur Raoult devrait comparaître devant la chambre disciplinaire du Conseil de l'ordre en Provence-Alpes-Côte d'Azur, à une date pour l'instant non précisée.

Plainte contre le Dr Guillaume Gorincour

Il s'agit de la 4e plainte déposée depuis l'été dernier par le professeur Raoult. Jeudi, c'est une plainte contre le docteur Guillaume Gorincour, vice-président de l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône qui a été déposée pour "non confraternité", suite à une cinquantaine de tweets le dénigrant. Le professeur Raoult a prévenu qu'il poursuivrait en justice "toutes les personnes qui se rendront coupable de diffamation, injure, dénonciation téméraire ou calomnieuse à son égard ou à l'égard de l'IHU et de ses activités".

Plainte contre la Pr Karine Lacombe

Fin octobre, il a entamé des poursuites, aussi pour diffamation, à l'encontre de l'infectiologue Karine Lacombe, spécialiste du VIH et des maladies chroniques. La cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, farouchement opposée à un recours non-encadré de l'hydroxychloroquine en France, a notamment critiqué le manque de rigueur des méthodes du professeur Raoult qui selon elle ne permettent pas de dire que la molécule est efficace. méthodologie. Sur le plateau du journal de France 2, elle avait dit être "écœurée" de voir le Pr Raoult donner aux "gens à un faux espoir de guérison" ajoutant : "ce qui se passe à Marseille est à mon avis absolument scandaleux (...) C'est en dehors de toute démarche éthique." Ses prises de position lui ont valu un déferlement d'hostilités des pro-Raoult sur les réseaux sociaux. 

Plainte contre le Pr Martin Hirsch

Fin juillet, le professeur Raoult avait par ailleurs déposé une première plainte, "pour dénonciation calomnieuse", contre Martin Hirsch. Le directeur des hôpitaux de Paris (AP-HP) l'avait accusé d'avoir fait un "faux témoignage" lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale le 24 juin. Martin Hirsch conteste notamment deux passages de l'audition du virologue : son estimation des taux de décès de malades en réanimation et ses propos sur le patient chinois de 80 ans hospitalisé à Paris fin janvier et décédé mi-février, premier décès officiellement recensé du Covid-19 hors d'Asie. 

Une première victoire pour le Pr Raoult 

Par ailleurs, jeudi, dans un tweet, Me Fabrice Di Vizio, un des avocats du professeur Raoult a salué une "première victoire" pour son client concernant les essais cliniques de son protocole contre le Covid-19 menés à l'hôpital de la Timone. "La plainte pénale déposée à son endroit concernant des essais cliniques intègrant des enfants a été classée sans suite au terme d'une décision particulièrement motivée. C'est la 1ere victoire mais certainement pas la dernière !" a-t-il posté. Autre sujet de satisfaction sans doute pour le patron de l'IHU Méditerranée, l'OMS recommande désormais de ne pas utiliser le remdesivir pour traiter les malades du Covid 19. Un médicament antiviral développé par le laboratoire américain Gilead que le professeur marseillais jugeait inefficace. C'est le premier médicament contre le virus à avoir reçu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle en Europe. "L'OMS prend une décision tardive mais raisonnable. Que va-t-on faire des stocks considérables achetés à Gilead à un prix exorbitant ?" a commenté sur Twitter Didier Raoult.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société coronavirus/covid-19 santé