Covid : retour du confinement généralisé avec des mesures assouplies, réactions des élus marseillais

Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement généralisé mercredi soir qui entre en vigueur dès ce jeudi minuit. Le Premier ministre Jean Castex a détaillé ses mesures devant l'Assemblée ce matin.

Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement généralisé qui devrait durer au moins jusqu'au 1er décembre.
Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement généralisé qui devrait durer au moins jusqu'au 1er décembre. © SPEICH Frédéric/MaxPPP
Les Provençaux retournent sous cloche, même les habitants des Alpes de Haute-Provence jusque-là épargnés par le couvre-feu. Les restaurants retireront ce soir leur rideau de fer et les commerces "non essentiel" aussi.  

"Il y en a plein qui ont déjà un genou à terre, ils vont mourir", s'alarme un restaurateur marseillais, dépité par la brutalité de l'annonce.

Maurice Wolff, vice-président de la CCI Marseille Provence s'inquiète pour la survie de ces entreprises "qui rentrent dans ce nouverau confinement fragilisées et endettées".

"Nous sommes en guerre sanitaire et en guerre économique, il faut se mettre en mode commando, estime-t-il réclamant des mesures d'aide, il faut aller vite et en urgence".

Ce "confinement Saison 2" annoncé mercredi par Emmanuel Macron va courir au moins jusqu'au 1er décembre. Il pourrait être suivi par un retour du couvre-feu pour les fêtes de fin d'année, selon Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique qui guide le gouvernement. 

Dans cette version plus "souple" du confinement, les crèches, écoles, collèges et lycées, eux, resteront ouverts. Les visites seront autorisées dans les Ehpad et les maisons de retraite. Les cimetières seront également ouverts et les enterrements pourront avoir lieu. 

Une nouvelle épreuve

Le président de la région Sud PACA a immédiatement annoncé qu'il convoquait une réunion ce jeudi, "pour évaluer la situation et apporter des solutions face à cette nouvelle épreuve", a tweeté Renaud Muselier. 

Cellule de crise à la mairie de Marseille

Martine Vassal, la présidente de la métropole Aix-Marseille Provence et du Département, a également réagi sur les réseaux sociaux.

"Nous n’allons pas nous contenter de déplorer ces restrictions sans organiser la riposte contre cette maladie et ses conséquences sur notre quotidien", a-t-elle déclaré annonçant un renforcement des mesures déjà mises en oeuvre.    "Le reconfinement est une épreuve. Nous la surmonterons tous ensemble" a pour sa part indiqué Benoît Payan, le premier adjoint à la Ville de Marseille, qui annonce la réunion d'"une cellule de crise pour prendre les décisions qui s’imposent".

Le député de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon estime que "le déconfinement est un échec, l'épidémie est hors de contrôle. Le président aussi. Aucune leçon tirée. Tous les foyers de contamination restent ouverts, mais que reste-t-il de nos vies? ". Même constat d'échec de la part du sénateur du Rassemblement national marseillais Stéphane Ravier. "Ce confinement est un aveu d'échec du gouvernement : il n'a tiré aucun enseignement de la première vague. Il avait 8 mois... et il n'a rien fait !", écrit-il dans un Tweet. Selon le dernier bilan de l'agence régionale de santé (ARS) PACA, au 28 octobre, 1 255 personnes sont hospitalisées dans la région, 304 personnes sont en réanimation (+ 57), et 1 478 personnes sont décédées à l'hôpital depuis le début de la crise.

Port du masque en primaire

Le Premier ministre a précisé devant le Parlement les modalités de ce reconfinement. Ainsi, dès la rentrée de lundi, le port du masque sera étendu aux enfants d'écoles primaires dès l'âge de 6 ans. Il était jusqu'alors réservé aux collègiens.

En entreprise, Jean Castex souhaite que dans le secteur privé, le télétravail soit instauré "cinq jours sur cinq" quand c'est possible.

"Nous devons continuer à travailler autant que possible, bien entendu dans des conditions sanitaires protectrices et tout en stoppant la circulation virale", car "le chômage et la pauvreté peuvent aussi tuer", a ajouté le chef du gouvernement.

Par ailleurs, les entreprises de l'événementiel, du cinéma et du spectacle vivant seront fermées, mais le gouvernement autorise "le travail préparatoire aux spectacles, les répétitions, les enregistrements et les tournages afin de préparer les activités de demain".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie coronavirus/covid-19 santé société