Effondrement de la scène de Madonna à Marseille : jusqu'à deux ans de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende

Le jugement du procès de l'effondrement de la scène de Madonna en 2009 a été rendu ce mercredi à Marseille. Jacqueline Bitton, directrice de la société Live Nation France, est condamnée à 2 ans de prison avec sursis. Trois personnes ont été relaxées.

Le 16 juillet 2009, l'effondrement de la scène de Madonna à Marseille avait coûté la vie à deux personnes.
Le 16 juillet 2009, l'effondrement de la scène de Madonna à Marseille avait coûté la vie à deux personnes. © Michel GANGNE / AFP

Après quatre mois de délibéré, quatre prévenus ont été condamnés pour homicides et blessures involontaires par le tribunal correctionnel de Marseille ce mercredi dans l'affaire de l'effondrement de la scène de Madonna.

Jacqueline Bitton, 73 ans,écope de la peine la plus sévère. La présidente de l'époque de Live Nation France, filiale française du géant américain d'organisation de concert, est condamnée à deux ans d'emprisonnement avec sursis, de 20.000 euros d'amende et de deux ans d'interdiction d'exercer sa profession. Le parquet avait requis 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis.

Tim Norman, 65 ans, le patron de l'entreprise anglaise ESG propriétaire de la scène et chargée de son montage, est lui aussi condamné à deux ans avec sursis, et de 15.000 euros d'amende. 

Deux autres prévenus ont été condamnés. Le premier, Mathieu Anton, 43 ans, gérant de la société Tours Concept France chargée d'assister ESG, écope de 18 mois d'emprisonnement avec sursis et de 10.000 euros d'amende. Neuf des dix victimes travaillaient pour lui le jour du drame. 

Enfin, le Scott Seaton, 50 ans, chef d'équipe recruté par ESG sur ce chantier, est condamné à un de prison avec sursis.

Les entreprises Live Nation France et Tours Concept France ont été en outre condamnées à verser respectivement 150.000 et 50.000 euros d'amende.  

Les trois autres prévenus ont été relaxés. Il s'agit de deux autres cadres d'ESG : Steve Richards et Jeffrey Burke, ainsi que Gérard Billia, dirigeant de Mediaco, l'entreprise marseillaise propriétaire de la grue impliquée dans l'accident. 

Rappel des faits 

Ce jugement clôt 11 ans d'instruction et plusieurs renvois. Le 16 juillet 2009, le toit de la scène de Madonna s'effondre alors qu'elle est en plein montage au stade Vélodrome.

Image de la catastrophe en 2009.
Image de la catastrophe en 2009. © FRANCE 3 / AFP

Charles Criscenzo, un Aixois de 52 ans, est retrouvé mort sur place. Plus tard dans la soirée, Charles Prow, un Britannique de 23 ans, meurt de ses blessures à l'hôpital. Huit autres techniciens sont blessés dans l'accident. L'un d'entre eux se donnera la mort deux ans après le drame.

Madonna, n'a pas répondu à la convocation du juge d'instruction, expliquant ne pas avoir été impliquée dans le volet technique du montage de la scène et n'avoir jamais demandé de la monter plus rapidement. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société musique culture