Présidentielle 2022. La course aux parrainages est lancée et pour Jean-Luc Mélenchon, ça coince à Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thierry Bezer .

Jean-Luc Mélenchon lance un SOS aux élus des Bouches-du-Rhône. Le député de la France Insoumise peine à convaincre les élus du département à signer le précieux paraphe. Même ses amis politiques hésitent à le soutenir.

La course aux parrainages est lancée et pour certains, c'est un sprint qui ressemble à un marathon semé d'embuches.

Pour Jean-Luc Mélenchon, le compte est loin d'être bon, alors le député des Bouches-du-Rhône lance un SOS aux élus Marseillais qui ne semblent pas pressés de répondre à l'urgence de sa situation.

La clôture des parrainages est prévue le 4 Mars. 

Et le ton employé par le leader de la France insoumise n'a pas fait sourire Sophie Camard, sa suppléante à l'Assemblée Nationale.

Désormais Maire du 1er secteur de la ville de Marseille, Sophie Camard a été rapidement convaincue qu'il fallait pour gagner l'élection municipale à Marseille réaliser l'union de la Gauche, ce qui a été fait avec le Printemps Marseillais, malgré les fortes réticences de Jean-Luc Mélenchon.

Alors cette petite pique lui semble plutôt mal venue: 

C'est maladroit. Il ne suffit pas d'appeler le Maire de Marseille, il y a aussi les maires de secteur. Nous les Maires de secteur du Printemps Marseillais, nous sommes encore sur la réserve, nous sommes gênés avec cette présidentielle. Il faut venir parler avec nous. On aimerait voir une candidature qui se détache pour une candidature unique.

Sophie Camard

Et pour l'instant Sophie Camard n'a toujours pas choisi son candidat : 

Aujourd'hui je réfléchis encore. Avec Jean-Luc Mélenchon, nous n'avons pas été d'accord aux municipales sur l'unité. Aujourd'hui, nous essayons de protéger cette unité contre la tendance nationale. Nous, élus du Printemps Marseillais, nous ne voulons pas nous disputer sur les présidentielles. Nous attendons un déblocage au niveau du national.

Et ce déblocage pourrait être les résultats de la primaire populaire prévue les 27 et 30 janvier. Une initiative citoyenne à laquelle Jean Luc Mélenchon a refusé de se plier.

Si les soutiens à gauche semblent fragiles, le leader des insoumis trouve du réconfort sur sa droite.

Renaud Muselier a promis un sérieux coup de main et David Lisnard un coup de pouce dès le début du prochain quinquennat.

Le Maire LR de Cannes et désormais Président de l’association des Maires de France déclarait chez nos confrères du Figaro:

Mélenchon, Zemmour et Le Pen doivent pouvoir se présenter à la présidentielle

David Lisnard

L'édile de Cannes plaide pour une réflexion sur les règles d'attribution des parrainages. C'est une conviction que partage Sylvain Souvestre. C'est l'un des trois Maires de secteur de la ville de Marseille à faire partie de l'opposition municipale. Le Maire LR des 11 et 12 arrondissement de la cité phocéenne est "presque" prêt à manier la contraction idéologique au nom de l'expression démocratique.

Aujourd'hui le système des parrainages est mal fait. Je ne peux pas comprendre que trois candidats qui pèsent entre 10 et 15% ne soient pas candidats, quelque soit le fond et leurs idées. Se sont des millions de français qui ne pourraient pas s'exprimer alors qu’il y a des candidats à 1% qui ont leurs 500 signatures. Pour moi, ça fausse le débat démocratique

De là à signer pour Mélenchon, il y a un pas que l'élu ne franchit pas.

Je pense que c'est plutôt le système des parrainages qu'il faut revoir...

Dans le département des Bouches-du-Rhône, ils sont 119 Maires à tenir entre leurs doigts le pouvoir de la signature.

Des maires auxquels, il faut rajouter:

  • Les députés
  • Les sénateurs
  • Les représentants européens
  • Les présidents des organes délibérants des métropoles, des communautés urbaines et d’agglomérations
  • Les présidents des communautés de communes.
  • Les conseillers département et régionaux  

En tout 250 élus qui ne peuvent parrainer qu'un seul candidat, sachant que chaque candidat ne peut recevoir, au maximum que 10 % des signataires par département.

Signatures qui s’affichent aux yeux de tous.

En 2016, le Président Hollande décide, en effet, de lever l’anonymat des parrains. Georges Cristiani est le Maire de Mimet depuis 2001, il est également le président de l’association des Maires des Bouches-du-Rhône. A l'approche de chaque élection présidentielle son téléphone prend un coup de chaud. Au sommet du plus haut village du département (491 mètres d'altitude), le Maire peste contre cette décision présidentielle :

En faisant cela, François Hollande a rétréci la démocratie. Les Maires surtout les petits Maires qui sont par nature sans étiquette doivent faire face à leurs administrés et collègues élus. Ils peuvent subir des procès pour complicités politiciennes. C'est vraiment dommage

    

Cette signature qui vaut de l'or pour certains candidats  peut se transformer en plomb pour ceux qui leur accordent.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité