VIDEO. Football : plusieurs blessés lors d'un match amateur entre Berre et Marseille qui dégénère en lynchage

Publié le Mis à jour le
Écrit par Louise Beliaeff
Illustration.
Illustration. © BRUNO LEVESQUE / MAXPPP

Le match U18 excellence opposant le SO Caillols et le Sporting club de Berre samedi a fini en pugilat. A 10 minutes de la fin, les supporters de Berre en train de perdre ont envahi le terrain. Plusieurs joueurs marseillais ont été blessés, les gendarmes ont dû intervenir.

Le match a dégénéré à la 81e minute, alors que le Sports Olympiques Caillolais menait 3 à 1 face au Berre Sporting Club. Un des adjoints de l'entraîneur de Berre a été sanctionné d'un carton rouge après des insultes proférées envers les arbitres. 

Environ 150 supporters de Berre, cagoulés, ont alors envahi la pelouse et blessé plusieurs joueurs marseillais. "Ils ont sauté par-dessus la barrière et ont couru vers nous pour nous frapper, c'était comme une déferlante, c'était choquant", témoigne César, 17 ans, un des joueurs marseillais. "L'équipe de Berre nous frappait aussi".

Une vidéo tournée depuis les tribunes et partagée sur TikTok montre la scène :

Les joueurs du SO Caillols ont essayé de fuir et de courir "le plus vite possible" vers les vestiaires pour se réfugier. Mais tous les joueurs n'ont pas eu le temps de se mettre à l'abri. 

"Ma priorité, ça a été de mettre en sécurité mes joueurs, on faisait barrière, explique Christophe, l'entraîneur du club marseillais, "choqué", et "dégoûté". Le drame, c'est que je n'ai pas vu lorsqu'ils ont isolé un de mes joueurs. Ils l'ont lynché à 7, 8". Bilan pour ce jeune homme de 17 ans : une cheville cassée, les cervicales touchées, une ITT de 10 jours.

Les gendarmes sont intervenus pour les escorter hors de la zone de bagarre jusqu'à la sortie du stade et jusqu'à l'autoroute.

"Les jeunes de la cité sont descendus, ils nous attendaient 300 mètres plus loin, cagoulés, raconte Christophe. C'est ultraviolent. La gendarmerie, c'est l'armée, les gilets pare-balles"

"Autant de haine, c'est vraiment choquant"

Quatre joueurs ont été blessés, dont deux sérieusement, rapporte le club des Caillols. César en fait partie. Il a eu la mâchoire déplacée, un hématome au front et porte surtout des séquelles psychologiques. 

"Je suis plus que choqué, je ne comprends pas comment avec un match de foot amateur on peut en arriver à ce genre d'événements", réagit César, deux jours après le débordement. "Autant de supporters avec autant de haine pour frapper, c'est vraiment choquant".

"Tuez-les !"

"Le plus choquant, c'est l'envahissement du terrain, les propos des adjoints de chez Berre : 'Vous pouvez y aller maintenant', 'Tuez-les', 'Fracturez-leur les jambes'", rapporte le coach. "On entendait des propos injurieux, de mort : 'On va vous tuer, vous sortez pas de là'".

"Je n'ai jamais vécu ça, quand ça vous arrive, on ressent un mélange d'énervement, de  frustration, de peur, un mélange tout... Et il faut rester de marbre". Christophe a eu écho que des couteaux ont été sortis dans les tribunes. "Le drame a été évité".

Selon César, les supporters de Berre étaient virulents depuis le début du match. "Ils nous ont mis la pression, on n'a pas voulu y céder".

"La tension a été montée par deux adjoints, et décuplée au cours du match". Le coach explique avoir eu une discussion à la mi-temps avec l'entraîneur de Berre et les arbitres pour essayer de calmer la situation. En vain. 

"Je salue l'arbitre pour son calme, ses décisions. Il se faisait insulter depuis le début du match. Il a fait son boulot"

Berre en commission de discipline

Le district a été averti, Berre va passer en commission de discipline mercredi, puis le dossier sera placé en instruction pour une enquête complémentaire. 

"La décision finale ne sera pas rendue avant début janvier", explique Mickaël Gallet, directeur administratif du District football de Provence. En attendant, des mesures conservatoires pourraient être prises.

Sur 20.000 rencontres dans la saison, le District gère 800 à 900 dossiers disciplinaires. "Ca peut paraître énorme. Mais cela tient en compte certains faits bénins".

"On dénombre une dizaine, une quinzaine de dossiers qui peuvent être qualifiés de plus graves, comme celle-ci. Evidemment, la violence ne devrait pas être présente sur le terrain, mais le ratio est faible".

Dissolution de l'équipe de Berre ?

Le président du club de Berre, Christian Petroghlian, a envoyé une demande de dissolution de son équipe U18. "Cela ne va pas se substituer à la commission de discipline qui prendra sa propre décision", souligne Mickaël Gallet.

Du côté du club marseillais, la présidente Christine Crimi souhaiterait que le l'équipe du SC Berre soit fortement sanctionnée.

Ce ne serait pas la première fois que le club s'en prendrait aux adversaires. 

Comment expliquer un tel débordement ? Peut-on faire un lien avec les récents  incidents qui émaillent cette saison de Ligue 1 ? Pour l'entraîneur marseillais, c'est encore flou. "Je n'arrive pas à me projeter. C'est le reflet un peu de la société. Est-ce que la haine vient du fait qu'on est de Marseille ? Mais Berre est à 30 bornes !"

Le club des Caillols effectue un gros suivi depuis cet incident. La présidente a appelé les joueurs et les parents. Le papa du jeune lynché était présent samedi à Berre. Il n'a rien pu faire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.