"Formation sacrifiée, patients en danger", les étudiants infirmiers de spécialité manifestent à Marseille

Ils sont déjà infirmiers et se spécialisent. Ils se préparent pour devenir infirmier de bloc opératoire, infirmier anésthésiste ou puériculteur. Leur formation est bousculée par la Covid-19. Ils manifestaient à Marseille aujourd'hui, pour pouvoir reprendre le cursus normal de leur formation. 
 
Ils sont une cinquantaine d'étudiants, sortis rapidement des hôpitaux pendant que les autres travaillent
Ils sont une cinquantaine d'étudiants, sortis rapidement des hôpitaux pendant que les autres travaillent © Jean-François Giorgetti / FTV
Ces étudiants infirmiers sont réquisitionnés dans les services de réanimation des hôpitaux de Marseille et alentours. Ils devraient être en stage mais leur formation est suspendue depuis début novembre et jusqu'au 3 janvier 2021. Mardi matin, ils ont manifesté devant l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, à Marseille.
 
Leur formation a été mise en suspens alors que les dates de leurs examens restent fixes. Stages et cours sont en pause. En "renfort Coronavirus", ils ont déjà un Diplôme d'Etat d'Infirmier, et travaillent actuellement dans les services de réanimation. Une expérience intéressante mais qui ne les forme pas à la spécialité qu'ils ont choisie. Ils perdent huit semaines de stage.

"On est amputés de nos stages" décrit Hadrien Souquet, délégué de la promotion Infirmiers Anesthésistes "On est en renfort Coronavirus en réanimation. Là, c'est la décroissance de la vague. On aimerait retourner vers nos études, nous former au plan théorique et pratique."
 
Le M de formation fait partie du slogan "Formation en danger"
Le M de formation fait partie du slogan "Formation en danger" © Marie-Agnès Peleran / FTV

"On a compris que tout ça arrive parce qu'il manque des effectifs dans les hôpitaux, il faut faire face au manque de personnel que l'on décrit depuis plus de 30 ans et qui n'est toujours pas pris en compte. C'est bien dommage," se désole Pascale Jourdan, infirmière anesthésiste et secrétaire générale de la CGT AP-HM.

Une délégation d'infirmiers a été reçue à l'ARS pendant deux heures. Les étudiants souhaitent que l'Agence Régionale de Santé négocie avec Renaud Muselier, Président du Conseil Régional Paca. Pour que les aides destinées aux étudiants soient pérénnisées. Ils ont été écoutés et recevront une réponse la semaine prochaine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société université social économie