Guerre Israël-Hamas : quatre questions sur l'aide humanitaire que Marseille va fournir à Gaza

Le maire de Marseille, Benoit Payan, a annoncé, ce jeudi 9 novembre, proposer une aide de 80 000 euros pour aider la population palestinienne dans la bande de Gaza. Depuis l'attaque terroriste du Hamas en Israël, le 7 octobre, les habitants de Gaza subissent les bombardements quotidiens et réguliers d'Israël. 10 000 civils, selon le Hamas, ont déjà perdu la vie dans ce conflit.

Ce jeudi 9 novembre, le maire de Marseille a annoncé l'envoi d'une aide humanitaire à Gaza, à hauteur de 80 000 euros. Cette enveloppe accompagnera l'aide de 100 millions d'euros accordée par la France pour aider la population palestinienne, victime des bombardements israéliens dans la bande de Gaza.

En quoi consiste cette aide ?

C'est sur X (anciennement Twitter) que Benoît Payan a annoncé la participation de Marseille pour aider Gaza, dans le conflit avec Israël. Pour le maire, cette contribution est "indispensable à la survie des populations civiles à Gaza", où 10 000 civils, dont 4 000 enfants, sont morts depuis le début du conflit, selon les chiffres fournis par Hamas.

Il proposera cette enveloppe de 80 000 euros lors du prochain Conseil municipal, le 15 décembre. Le budget devra ensuite être voté.

Cet argent sera ajouté à l'aide envoyée par la France et versée selon les modalités définies par le Quai d'Orsay.

Le président de la République participait à la conférence humanitaire pour Gaza, ce jeudi 9 novembre. Les représentants d'une cinquantaine de pays et d'organisations humanitaires étaient réunis à l'occasion. "Depuis le 7 octobre, la France a annoncé 20 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaires et nous allons porter cet effort à 100 millions d'euros pour 2023", a déclaré Emmanuel Macron. À la fin de la journée, environ un milliard d'euros ont été alloués par les différents participants.

Quelle est la position de la mairie de Marseille dans ce conflit ?

Benoit Payan s'aligne sur la volonté d'Emmanuel Macron, celle de vouloir établir un cessez-le-feu, mais aussi de libérer les 240 otages, capturés par le Hamas le 7 octobre dernier. "La demande d'un cessez-le-feu immédiat doit être entendue comme la libération immédiate et sans condition des otages", a-t-il écrit ce jeudi 9 novembre sur X.

Le maire de la Ville s'était indigné au lendemain de l'attaque du Hamas en Israël. "Horrifié par les attaques terroristes du Hamas en Israël", avait-il écrit sur X. Il avait apporté son "soutien aux citoyens israéliens victimes de cette folie".

Horrifié par les attaques terroristes du Hamas en Israël.
Soutien aux citoyens israéliens victimes de cette folie.
Le terrorisme contre des civils est lâche et insupportable. C'est une violation du droit international. L'escalade de la violence doit cesser.#Israel pic.twitter.com/pKedG5OopZ

— Benoît Payan (@BenoitPayan) October 7, 2023 

"Le terrorisme contre des civils est lâche et insupportable. C'est une violation du droit international. L'escalade de la violence doit cesser", avait rajouté Benoit Payan. Le maire sera présent à la marche contre l'antisémitisme organisé dimanche 12 novembre à Marseille, comme Martine Vassal ou Renaud Muselier.

De leurs côtés, les députés insoumis des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompard et Sébastien Delogu, ont appelé le maire de Marseille à hisser le drapeau palestinien "en mémoire des milliers d'innocents tués à Gaza et en Cisjordanie".

D'autres villes ont-elles annoncé une aide ?

À travers la France, plusieurs villes ont accordé une enveloppe pour soutenir la population à Gaza. Ce jeudi 9 novembre, par exemple, le maire de Lyon, Grégory Doucet a annoncé vouloir contribuer à hauteur de 50 000 € à l'aide apportée aux civils. "À Gaza, la survie des habitants dépend de la solidarité internationale", a-t-il écrit sur X.

Quelles sont les aides accordées dans les autres pays ?

Emmanuel Macron, lors de la conférence humanitaire de ce jeudi 9 novembre, s'est adressé aux autres membres : "J'appelle aujourd'hui aussi tous les pays présents à augmenter leurs contributions financières à l'égard de la population civile palestinienne via les Nations unies." Il a rappelé que les Nations unies avaient chiffré à 1,2 milliard de dollars les besoins des habitants de Gaza et de Cisjordanie, touchés par les bombardements israéliens depuis le 7 octobre.

Le président a toutefoi, salué les diverses initiatives internationales. Il a par exemple mentionné le parachutage sur Gaza de matériel de santé par la Jordanie ou encore la mise en place d'un hôpital de campagne par les Émirats arabes unis et le projet de corridor maritime proposé par le président chypriote.

De son côté, l'Union européenne œuvre également pour aider les victimes palestiniennes, en mettant, par exemple, en place un corridor maritime au départ de Chypre, pour acheminer l'aide humanitaire de manière régulière vers la bande de Gaza.

Le 6 novembre, l'UE a aussi annoncé une rallonge de 25 millions d'euros, portant à 100 millions d'euros au total l'aide humanitaire européenne destinée au territoire de Gaza.

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité