Hydroxychloroquine contre le Covid-19 : Didier Raoult sanctionné par un blâme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pauline Sauthier (avec AFP)
© PHILIPPE LOPEZ / AFP

Pour avoir promu un traitement à base d’hydroxychloroquine contre le Covid-19, le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille (IHU) a reçu vendredi un blâme du conseil disciplinaire de l’Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine.

Le professeur Didier Raoult a été sanctionné par le conseil disciplinaire de l’Ordre des médecins réuni vendredi 3 novembre à Bordeaux pour avoir prescrit à ses patients un traitement contre le Covid-19 à base d’hydroxychloroquine et d’azythromicine.

L’infectiologue marseillais était évalué par ses pairs à la suite de deux plaintes déposées fin 2020 par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom).

L'instance a publié cette sanction, la deuxième en importance après le simple avertissement, sans l'assortir des motivations de cette décision contre l'infectiologue marseillais de 69 ans.

Il était reproché au Pr Raoult plusieurs infractions au code de déontologie médicale dans sa promotion de l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé aujourd'hui encore.

Lors d’une audience le 5 novembre à Bordeaux (où l’affaire a été dépaysée), la rapporteure de la chambre disciplinaire avait estimé que le traitement prescrit par l’infectiologue marseillais "sans données scientifiques" s'apparentait à du "charlatanisme". Il était accusé d'avoir pris des "risques inconsidérés" envers ses patients.

"Plus de 600.000 patients"

"Ce sont les médecins qui se plaignent de nous, pas les patients", avait lancé Didier Raoult lors de l'audience, assurant avoir reçu "plus de 600.000 patients" au sein de l'IHU durant la crise sanitaire, "sans aucune plainte" de leur part.

En plus de cette procédure, d'autres enquêtes visent Didier Raoult, à la retraite depuis le 31 août comme professeur d'université praticien hospitalier, et l'IHU qu'il a créé en 2011.

Elles concernent les conditions dans lesquelles l'institut a conduit ses études autour du Covid-19.

Ces investigations ont été ouvertes cette année par l'université Aix-Marseille, autre membre fondateur de l'IHU, par les hôpitaux de Marseille (AP-HM) et par l'agence nationale du médicament (ANSM), après un article de L'Express sur de "possibles manquements à la réglementation des essais cliniques".

D'autres procédures en cours

Une inspection a en outre été lancée par l'ANSM après un article de Mediapart où le professeur est accusé d'avoir mené "une expérimentation sauvage contre la tuberculose".

Le 4 novembre, c'est le ministre de la Santé Olivier Véran et Frédérique Vidale, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, qui ont demandé à l'Inspection générale des affaires sociales et l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche de mener "une mission de contrôle" à l'IHU.

Fin novembre, l'IHU a enclenché le processus de sélection d'un nouveau directeur, pour succéder à Didier Raoult, sans préciser quelle serait la date de sa prise de fonction.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.