Un marlin de Méditerranée filmé dans le port de la Pointe Rouge à Marseille

Un marlin de Méditerranée a été observé à Marseille évoluant dans les eaux du port de la Pointe Rouge comme le montre une vidéo postée par le parc national des Calanques. S'il est fréquent en Italie, ce "faux cousin" de l'espadon se fait plus rare en France, surtout si proche de nos côtes.

Les marlins de Méditerranée se rencontrent plus souvent dans les eaux italiennes.
Les marlins de Méditerranée se rencontrent plus souvent dans les eaux italiennes. © AFP PHOTO / PEW ENVIRONMENT GROUP / DOUG PERRINE / SEAPICS
Sous les yeux médusés du vidéaste, le marlin fait des ronds dans l'eau, lentement, dans le port de la Pointe Rouge. Pourtant, ce poisson fait partie de la catégorie des sprinters des mers. De celle de l'espadon, avec lequel on le confond souvent, alors qu'ils n'appartiennent pas à la même famille.

Ce qui rend le marlin reconnaissable, c'est le rostre conique qui termine sa tête et que l'on aperçoit bien sur ces images postées sur la page Facebook du parc national des Calanquesle marlin de Méditerranée, de son nom savant "Tetrapturus belone", est rare sur nos côtes françaises, d'ou la surprise des plongeurs et biologistes de l'association de l'association Septentrion Environnement qui l'ont aperçu entre les bateaux du port. 

Le marlin est plus à son aise dans les profondeurs. Il peut évoluer à 200 mètres sous la surface, même s'il est capable d'offrir un incroyable spectacle en bondissant hors de l’eau.

Un redoutable chasseur

"Leurs silhouettes effilées leur permettent d’atteindre les 110 km/h, ce qui en fait les poissons les plus rapides des mers et de redoutables chasseurs", fait remarquer le parc des Calanques. Un marlin peut mesurer jusqu’à 2m40 pour 70 kg.

En mai dernier, un plein confinement, un autre spécimen avait été observé nageant paisiblement dans les eaux du port de Saint-Tropez.

Ces derniers temps, d'autres espèces ont pu être observées sur le littoral marseillais. Une tortue marine kawane notamment.

"On a eu trois signalements, la semaine dernière, indique Zacharie Bryuas, du parc national des Calanques, et c'est certainement le même individu entre la Pointe Rouge et l'ilôt Gaby. Elle se laisse dérivée et portée par les courants". 

Une raie Mobula a aussi été vue évoluant du côté du bec de l'Aigle, entre Marseille et La Ciotat.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
méditerranée mer nature environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter