• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : un adolescent de 16 ans séquestré et torturé dans une cité sensible pour “l'exemple”

Cité Félix Pyat, dans le 3ème arrondissement de Marseille, gangrenée par le trafic de drogue / © David Rossi/MAXPPP
Cité Félix Pyat, dans le 3ème arrondissement de Marseille, gangrenée par le trafic de drogue / © David Rossi/MAXPPP

Brulé sur plusieurs parties du corps, un jeune homme de 16 ans a été transporté mardi à l'hôpital européen de Marseille. Une enquête pour torture a été ouverte. Un acte de barbarie pour créer un climat de terreur qui s'est déroulé sur fonds de trafic de stupéfiants dans une cité sensible.

Par Nathalie Ramirez

Un acte d'une cruauté incroyable... un adolescent de 16 ans a été séquestré puis torturé au chalumeau dans une cave de la cité Félix-Pyat dans le 3ème arrondissement de Marseille. Selon le Parisien, qui a révélé l'affaire, l'adolescent souffrirait de brûlures au troisième degré mais ses jours ne sont pas en danger.

Une mise en garde

Ce sont ses tortionnaires qui l'auraient déposé devant l'hôpital européen de Marseille mardi dernier dans l'après-midi avant de prendre la fuite, selon une source proche de l'enquête. Une pratique qui laisse à penser qu'il pourrait s'agir d'une mise en garde destinée aux habitants de ce quartier sensible, gangréné par le trafic de drogue.

Créer un climat de terreur

La violence est régulièrement présente dans les quartiers sensibles  mais un acte de barbarie comme celui-ci reste inédit à Marseille selon la Police. Peut-être aussi, admet un fonctionnaire, " parce que les victimes ne s'en vantent pas, surtout lorsqu'elles sont mêlées a des trafics".

Le fait que l'affaire ait été révélée et que les média en parlent, était peut-être l'effet recherché par les dealers pour : "créer un climat de terreur, une sorte de message destiné à ceux qui ne respecteraient pas les règles imposées par les trafiquants de drogue", explique un policier.

Des règles imposées par les dealers

Une enquête a été ouverte pour "violences accompagnées d'actes de torture, barbarie et séquestration". Aucune interpellation n'a encore eu lieu. La victime s'était enfuie d'un foyer et est connue défavorablement de la police pour trafic de stupéfiants, selon La Provence.

L'an dernier : une soixantaine de réseaux de distribution de produits stupéfiants ont été démantelés sur les Bouches-du-Rhône.

Sur le même sujet

Karine Jouglas (06)

Les + Lus