Marseille : colère et incompréhension des professeurs toujours sans affectation en pleine pénurie d'enseignants

Une cinquantaine de personnes s'est rassemblée ce lundi matin devant l'inspection académique à Marseille. Ces manifestants ne comprennent pas le recrutement de contractuels alors que des professeurs formés restent sans affectation.

A trois jours de la rentrée scolaire, l'inquiétude prédomine du côté des enseignants et des représentants syndicaux.

"La situation est malheureusement de plus en plus alarmante à chaque rentrée en terme d'effectifs, à tel point que le recours à des contractuels est de plus en plus récurrent même dans le premier degré, qui était jusqu'à il y a trois ans encore épargné", alerte la représentante syndicale Virginie Akliouate du Snuipp.

Près de 56 enseignants stagiaires dans le département des Bouches-du-Rhône, titulaires d'un master et ayant réussi le concours de professeurs des écoles se retrouvent sans poste sur une liste complémentaire comme Lucie* 23 ans.

"Je me retrouve sans emploi alors que la rentrée est jeudi"

Cette jeune professeure de l'académie d'Aix-Marseille vient de terminer son cursus. Elle a validé son Master et a passé le concours de professeur des écoles. 

"Je suis sur liste complémentaire, je me retrouve sans emploi, alors que jeudi c'est la rentrée. Nous n'avons aucune directive, on reste dans l'incertitude sans savoir si on va être appelé, si on va avoir une classe", s'inquiète cette jeune femme.

Apte à enseigner, elle n'a qu'un rêve "pouvoir former les citoyens de demain".

"Je me retrouve sans rien alors que j'ai un loyer à payer, des factures... Alors tout ce que je veux c'est pouvoir faire le métier de mes rêves pour lequel j'ai été formée". 

Un sentiment d'injustice aussi s'installe. Ces professeurs ont "fait des stages devant des élèves, ont eu une formation spécifique" et le recours aux contractuels annihile quelque part cette particularité et cette expertise acquise. 

Des enseignants recrutés par job dating

Par ailleurs, en France, l'Education Nationale peine à recruter des candidats et a recours via le Pôle Emploi à des contractuels par job dating. Ces nouvelles recrues ont passé 30 minutes d'entretien d'embauche et effectué seulement quatre jours de formation avant de se retrouver face à une classe d'une trentaine d'élèves.

Cette année 3.000 contractuels ont été recrutés.

Dans ce contexte des professeurs du département sans affectation se sont retrouvés ce lundi matin devant l'inspection académique à Marseille, boulevard Charles Nedelec près de la gare Saint-Charles, dans le 1er arrondissement. Ils ont tenté de rencontrer des représentants du rectorat et exprimer leur désaccord et leur incompréhension face au recrutement de contractuels à la place des professeurs qui ont réussi le concours mais restent sur des listes complémentaires en attendant une affectation.

"Nous avons là une cinquantaine de collègues qui ont passé le concours, qui se sont investis, qui veulent intégrer la carrière d'enseignants, mais que l'on ne veut pas recruter au niveau du ministère. C'est une aberration", s'indigne Virginie Akliouat, Snuipp.

A l'échelle nationale, les enseignants contractuels sont passés de 43.000 pour l'année scolaire 2010-2011, à 63.000 pour l'année scolaire 2019-2020.

Nous ne souhaitons pas de contractuels enseignants, pour palier la pénurie, mais des enseignants titulaires formés".

Virginie Akliouat, SNUipp FSU13

Un enseignant sur dix en collège et lycée est aujourd'hui un contractuel.  "Le phénomène est désormais structurel", constatait déjà la Cour des comptes dans un rapport publié en 2018.

"Nous avons besoin d'un plan massif de recrutement", c'est le cri de désespoir du syndicat Snuipp .

"Il est urgent de pouvoir baisser les effectifs des élèves par classe, de pouvoir rattraper tout ce qui a été perdu pendant la crise sanitaire. Nous ne souhaitons pas de contractuels enseignants, pour palier la pénurie, mais des enseignants titulaires formés", insiste Virginie Akliouat.

Ils sont surpris de voir que Pôle emploi recrute des contractuels pour l'Education Nationale avant de faire appel à ces professeurs mieux formés.

La délégation a été reçue en fin de matinée par l'inspection d'Académie d'Aix-Marseille.

Un nouveau point de l'Inspection académique mercredi

"Ils nous ont certifié qu'à ce jour, aucun enseignant contractuel n'a été recruté dans le premier degré. D'ici demain, une première partie de la liste complémentaire devrait être appelée suite à un état des lieux et aux échanges avec le rectorat fait ce lundi, permettant de dresser une liste de postes vacants pour ensuite recruter des personnes sur liste complémentaire". 

L'inspection académique a indiqué qu'une conférence de presse doit avoir lieu d'ici mercredi à ce sujet.

Si les représentants syndicaux ont obtenu l'assurance que les postes vacants seraient affectés en priorité aux personnes de la liste complémentaire, ils déplorent que l'Education Nationale n'ait pas l'intention de recruter plus de professeurs pour alléger les effectifs. 

* Lucie est un prénom d'emprunt pour cette professeure qui a accepté de témoigner sous couvert d'anonymat.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité