Marseille. Des jeunes s'introduisent dans le palais omnisports de la Capelette

Publié le Mis à jour le

La scène relayée sur les réseaux sociaux a eu lieu à la Capelette (10 ème arrondissement). Une cinquantaine de jeunes ont forcé l'entrée du palais omnisports qui était bondé, avant d'être délogés par les forces de l'ordre. Portes d'entrée cassées, dégradations, la mairie annonce porter plainte.

C'est en début d'après-midi, samedi 6 novembre, que s'est déroulée cette scène surréaliste : une cinquantaine de jeunes s'introduisant dans le palais omnisports de la Capelette, où près de 600 personnes dont des familles profitaient des installations.

Des jeunes qui se sont filmés sur les réseaux sociaux. On les voit prendre des trottinettes, jeter du matériel au sol, courir et hurler. 

durée de la vidéo: 00 min 26
Capture Vidéo Tik Tok des centaines de jeunes s'introduisent dans le palais omnisports de la Capelette ©Capture vidéo Tik Tok / @mllrson

Finalement, l'intervention des forces de l'ordre, également filmée, met fin aux festivités. 

Une seule peronne a été arrêtée. "Un jeune de 15 ans qui aurait giflé un policier", indique Rudy Manna du syndicat Alliance Police. Selon le syndicaliste, la dizaine d'agents arrivés sur place a dû faire face à une centaine de jeunes sortis du palais omnisports peut avant 15 heures.  

La mairie va porter plainte

Sur Twitter Sébastien Jibrayel, adjoint au maire en charge du sport dit son indignation. "Je ne laisserai pas une poignée d'individus immatures donner en toute impunité pour quelques secondes de buzz une image dégradée de notre  ville."  

Les dégâts sont évalués à 10.000 euros selon l'adjoint.

La mairie va déposer plainte. "On ne veut pas que ça arrive à nouveau, on attend des sanctions fermes de la justice."

Un dépôt de plainte réclamé par Lionel Royer-Perreaut, le maire (LR) du 9ème et 10ème arrondissements, sur facebook. "Je condamne ces agissements qui témoignent une nouvelle fois de ce que les réseaux sociaux peuvent initier de malfaisant lorsqu'ils sont utilisés à mauvais escients."

Selon la police, le regroupement semble lié à un appel lancé sur le réseau social TikTok.

De son côté, Eléonore Béz conseillère municipale (RN) a dénoncé dans un communiqué les actions de "racailles en bande organisée" et propose comme sanction de "couper les allocations familiales aux familles de ces délinquants". Une proposition régulièrement faite par l'extrême droite. 

Ce soir l'installation a rouvert ses portes.