Cet article date de plus de 3 ans

Marseille : Emmaüs accueille son premier mobil-home autonome

Une maison préfabriquée, autonome et transportable, pouvant accueillir jusqu'à 4 personnes... Cette révolution dans le mal-logement est signée par Ampil, une association humanitaire. La communauté d'Emmaüs de Marseille vient d'acquérir sa première maison autonome.
Des panneaux photovoltaïques, un réservoir d'eau sur le toit et une pompe à chaleur: la communauté Emmaüs à Marseille vient d'installer un préfabriqué inédit, autonome en énergie et transportable, pour pallier le manque d'hébergement d'urgence.

C'est la première maison transportable qui a une autonomie de 15 jours

explique Kader Atia, président de l'association humanitaire d'entraide Ampil, conceptrice de ce mobil-home.
Construit par un chantier d'insertion, le prototype au bardage de bois, équipé d'un canapé lit, d'une petite salle de bain et d'une terrasse, peut accueillir une famille de quatre personnes.

Mals logés, sans domicile fixe ou victimes des intempéries: la maison, déplaçable par une grue, permet de répondre à de nombreuses demandes

souligne Kamel Fassatoui, président du centre Emmaüs de la Pointe Rouge dans le 8e arrondissement de Marseille.

 Première maison en guise d'exemple

"Grâce à cette première maison facile à installer, on espère inciter les autres communautés Emmaüs de France ainsi que les collectivités à s'équiper", poursuit Kamel Fassatoui, qui rappelle "qu'à Marseille entre 12.000 et 15.000 personnes vivent dans la rue (chaque année) à un moment ou à un autre".
C'est à l'un de ces déracinés que l'organisation fondée par l'Abbé Pierre a décidé de confier les clefs de cette habitation. José, qui a trouvé refuge il y a un an au centre, a laissé sa chambre pour s'y installer avec sa compagne.
"C'est très bien, la salle de bain, tout, c'est propre", réagissait mercredi ce timide quadragénaire, à la découverte de son nouvel habitat.
La fondation Abbé Pierre, qui a rendu mardi son 23e rapport sur l'état du mal-logement en France, estime à près de 9 millions le nombre de personnes vivant en 2013 dans un logement surpeuplé, selon les chiffres les plus récents de l'Insee.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société logement