Marseille : cluster à l'hôpital de la Timone, sept infirmiers positifs au Covid-19 au bloc de chirurgie cardiaque

Après la découverte d’un cas de COVID-19 au sein de l’équipe du bloc de chirurgie cardiaque de l’Hôpital de la Timone, le 10 octobre 2020, l’ensemble des équipes du service a été testé. Sept personnels testés positifs ont été isolés.
Les sept infirmiers de bloc opératoire été testés positifs au Covid-19 ont été mis à l'isolement, deux jours après la découverte d'un premier cas au sein de l'équipe du bloc de chirurgie cardiaque de la Timone.

Ces personnels seront de nouveau testés à l'issue de leur isolement, dans 7 jours.

Une enquête interne est en cours pour déterminer l’origine de la première contamination. Joint par l'AFP au téléphone, le Pr Frédéric Collart, chef du service de chirurgie cardiaque, a assuré que "ce cluster n'est pas inquiétant".

Contaminés lors de la pause déjeuner

"C'est une infirmière du bloc qui a été contaminée par un contact familial et ne se savait pas positive", a-t-il détaillé. Cette dernière aurait "contaminé ses collègues lors d'une pause-déjeuner, quand elles enlèvent leurs masques".

"On a demandé à ceux qui travaillent l'après-midi de manger en-dehors de l'hôpital, et aux autres de manger dans des pièces mieux ventilées et à tour de rôle", a indiqué le Pr Collart.

Aucun patient n'a été testé positif à la Timone.

AP-HM

"Bien que le risque de transmission du COVID-19 à un patient au bloc opératoire soit extrêmement faible du fait des équipements de protection individuels portés par les personnels, la médecine de travail et l’équipe opérationnelle d’hygiène de l’Hôpital procèdent d’ores et déjà à une vérification minutieuse" souligne l'AP-HM.

Elle ajoute que "les accès  au bloc sont strictement limités au personnel nécessaire à la prise en charge des patients : les étudiants en médecine ou en soins infirmiers ne sont plus autorisés à pénétrer au sein du bloc."L'AP-HM précise qu'un dispositif exceptionnel d’heures supplémentaires a été enclenché pour pallier l'absence de ces soignants. 

Audrey Jolibois, représentante FO à l'AP-HM avait déjà tiré la sonnette d'alarme sur la contamination des personnels soignants. Elle redoute "une hécatombe" au sein du personnel à cause de ces clusters.

Un recrutement difficile

"Aujourd'hui à la Timone, ça concerne 10 infirmières de bloc opératoire, ce qui est énorme sur un seul secteur", estime-t-elle. Selon elle, il existe un risque réel de manque de personnels. 

"On a déjà pas sufisamment de personnels, l'Assistance publique a déjà lancé une campagne de recrutement, et les personnels infirmiers étaient difficiles à trouver", souligne-t-elle.

Le recours aux heures supplémentaires a aussi ses limites.

On est à peine sortis de la 1ère vague, on rentre dans la deuxième et les personnels ne se sont pas sufisamment reposés. S'ils doivent faire des heures supplémentaires, je ne sais pas combien de temps ça peut durer. 

Audrey Jolibois (FO, AP-HM)

16 soignants contaminés en une semaine

16 cas concernant des personnels soignants, ont été rapportés en moins d'une semaine à l'AP-HM.

Le 7 octobre, l'AP-HM avait déjà annoncé la contamination de plusieurs patients et personnels dans un autre hôpital situé tout près de la Timone, la Conception. 

Le service d'hématologie et thérapie cellulaire de la Conception avait été contaminé par deux patients positifs. En tout, l'AP-HM avait comptabilisé 14 patients contaminés et huit soignants. Aujourd'hui "il n'y a plus aucun risque" dans ce service selon l'AP-HM.  Lundi, l'AP-HM a dénombré dans ses hôpitaux, 173 patients COVID 19 sont hospitalisés, dont 48 en réanimation.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société