• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Marseille : les infirmières sont dans la rue et réclament plus de reconnaissance

Les infirmières et infirmiers du public et du privé manifestent devant la préfecture. Ils réclament plus de reconnaissance. / © Marie-Agnès Peleran
Les infirmières et infirmiers du public et du privé manifestent devant la préfecture. Ils réclament plus de reconnaissance. / © Marie-Agnès Peleran

C'est un mouvement de grève national. Les infirmières et les infirmiers du secteur public, privé et libéral, manifestent sous les fenêtres de la préfecture à Marseille. Les "oubliés" du Plan Santé 2022, réclament plus de reconnaissance de leur profession

Par Ludovic Moreau

Ils n'avaient pas connu de mobilisation de cette ampleur depuis 2016. Ils, ce sont les infirmiers et les infirmières du secteur public et du privé. Cet après-midi, ils se sont rassemblés sous les fenêtres de la préfecture à Marseille. Toutes les organisations syndicales représentants leur profession ont appelé à faire grève, ce mardi 20 novembre.
Les infirmières dénoncent le "mépris" du gouvernement dans le Plan Santé 2022 / © Marie-Agnès Peleran
Les infirmières dénoncent le "mépris" du gouvernement dans le Plan Santé 2022 / © Marie-Agnès Peleran


Sentiment de "mépris" du gouvernement

Ce mouvement de grève était prévu depuis octobre dernier, depuis la présentation du "Plan Santé 2022" par Emmanuel Macron.
Les infirmières (les femmes représentent plus de 80% de la profession) se sentent "oubliées", "méprisées" par le gouvernement et dénoncent, à propos du Plan Santé 2022, un catalogue de mesures "décidées autour des seuls médecins", estime Daniel Guillerm, vice-président de la Fédération Nationale des Infirmiers Libéraux. Elles accusent le gouvernement d'avoir cédé au "lobby" des médecins, oubliant que ce sont les infirmières qui sont aux chevets des malades, 24h/24, 7jours sur 7.


Les "assistants médicaux", la goutte d'eau de trop

Dans ce Plan Santé 2022, l'annonce de la création de 4.000 postes d'"assistants médicaux" a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.
"Assistant médical", un métier à mi-chemin entre la secrétaire et l'aide-soignante.

Pourquoi payer des secrétaires aux médecins sur le dos de l'assurance-maladie, au lieu de créer des postes en maison de retraite ou d'augmenter les actes et les salaires des infirmières ?

a indiqué Daniel Guillerm.


Les infirmières en "souffrance"

"Souffrance", "perte de sens", "les cas d'épuisements professionnels se multiplient à l'hôpital" a indiqué Nathalie Depoire, déléguée syndicale CNI, hospitalier.

Nous sommes au bout du rouleau et on ne cesse de subir cette politique de santé

a expliqué Eric, un infirmier de l'AP-HM avant d'ajouter :

Et la loi prévoit des assistantes médicales... Ça veut tout dire...


 

Sur le même sujet

Les gilets jaunes à Plan de Campagne ce dimanche

Les + Lus