Marseille : des parents d'élèves demandent la suppression des barquettes plastiques dans les cantines

Des parents d'élèves demandent la suppression des barquettes en plastique / © Alexandre MARCHI / MaxPPP
Des parents d'élèves demandent la suppression des barquettes en plastique / © Alexandre MARCHI / MaxPPP

Des parents d'élèves demandent la suppression des barquettes en plastique dans les cantines des écoles marseillaises. Le réchauffage de ces barquettes entraînerait la migration de perturbateurs endocriniens dans les aliments.

Par Ludovic Moreau

Depuis plusieurs semaines, des parents d'élèves s'inquiètent pour la santé de leurs enfants. À Marseille, 52.000 enfants mangent quotidiennement à la cantine, des repas préparés et servis dans des barquettes en plastique, par la société Sodexo.

"La nourriture est réchauffée dans des barquettes composées de plastique et d'additifs", indiquent les collectifs Zéro-Plastique-Marseille et Esprit Topaze. Ils ont lancé une pétition en ligne, sur le site Change.org.

Un mois après sa mise en ligne, la pétition "Stop au plastique à la cantine" adressée au maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, avait reçu un peu plus de 1.300 signatures, lundi 16 décembre. 

Ces collectifs demandent à la mairie de Marseille, et donc à la Sodexo, de supprimer les barquettes en plastique et de les remplacer par des contenants en inox ou en verre.

Des perturbateurs endocriniens

Le réchauffage des aliments dans les barquettes ferait migrer des particules de plastique dans la nourriture. "Mêmes à faible dose", expliquent les collectifs, "ces perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets néfastes sur la santé : puberté précoce, problème de thyroïde, de fertilité, cancers..."

Selon eux, la directrice des achats de la Sodexo France de Sambucy aurait, elle-même, déclaré lors d'une commission d'enquête de l'Assemblée Nationale en juin 2018, que "des perturbateurs endocriniens sont présents dans les barquettes en plastique". (à partir de 1h08 dans la vidéo)

Dans cette audition portant sur les pathologies pouvant hémerger dans l'alimentation industrielle, la présidente de la commission nutrition du Syndicat national de la restauration collective (SNRC), affirme ne pas utiliser ce type de barquette mais explique "qu'il faut encore sécuriser la filière (…) pour ne pas se retrouver avec des scandales"

Sodexo compte "40 grandes cuisines centrales" sur les 4.000 gérées par le groupe, au rang desquelles figure Marseille, parmi les deux plus importantes. "Il y a des réflexions sur ces grosses villes, mais c'est un sujet très spécifique", précise Carole Galissant, affirmant ne pas utiliser de sacs sous vide pour réchauffer les aliments en cuisine. 

"La barquette est un outil de transport et de réchauffe", confirme France de Sambucy. "Il n'y a aucune cuisine de matière première brute qui est fait dans des barquettes". Le réchauffage des aliments en barquette "dure moins d'une heure et à moins de 130 degrès". 

Un risque pour la santé confirmée par l'Anses

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) confirme les risques pour la santé. Plusieurs études comparatives ont été réalisées sur des emballages alimentaires pouvant être chauffés au four traditionnel, au four à micro-ondes ou à la vapeur.

Les résultats de ces études montrent que si les migrations de substances de l’emballage vers l’aliment sont généralement faibles et en deçà des valeurs réglementaires, elles peuvent augmenter de manière importante en cas de non-respect des consignes en matière de réchauffage.

Après réchauffage des aliments dans des barquettes en polypropylène, les scientifiques ont révélé la présence de POSH (Oligomères de polyoléfines constitués de chaînes hydrocarbonées saturées). Ce composé peut être utilisé en tant que lubrifiants. 

Ces mêmes études précisent que la teneur en POSH dans les aliments augmente, notamment dans le cas d’un réchauffage poussé (température plus élevée et durée allongée).

Pour limiter ces risques de migration, l’Anses recommande donc de bien respecter les instructions des fabricants en la matière.

La ville de Marseille veut supprimer les barquettes plastiques des cantines

Face à l'inquiétude des parents d'élèves, la ville de Marseille a indiqué que "dans sa délégation de service public de septembre 2019, elle a prévu de réduire la présence du plastique dans la restauration scolaire".

"A propos des barquettes plastiques, le délégataire a actuellement pour obligation de les remplacer. Il est toutefois confronté à un problème d’approvisionnement. Les volumes sur le marché ne lui permettent pas d’être normalement approvisionné
", précise-t-elle.

La loi prévoit d'interdire l'usage du plastique dans la restauration collective d'ici 2022.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus