• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : des squatteurs occupent un ancien Pôle emploi pour en faire une “Maison du peuple”

Depuis jeudi dernier, une cinquantaine de squatteurs occupent l'ancien Pôle emploi de la rue Brochier (5e). Ils souhaitent faire de ce lieu une "Maison du peuple" pour accueillir et centraliser toutes les luttes sociales.

Par Ludovic Moreau

Les anciens locaux de Pôle emploi, situés au 57 rue Brochier, dans le cinquième arrondissement de Marseille étaient inoccupés depuis plus d'un an. Depuis jeudi dernier, une cinquantaine de personnes ont investi les lieux, non pour y vivre, mais pour faire de ce lieu une "Maison du peuple".

Nous réquisitionnons ce lieu pour en faire un espace de rencontre et d'échange entre les gens,

ont expliqué Laura et Charlotte à nos confrères de La Provence et elles ont ajouté que ce lieu pourrait aussi permettre "aux gens de Noailles, de la Plaine ou encore aux gilets jaunes, de pouvoir se retrouver et d'organiser des assemblées".
 


Un lieu commun de ressources

La volonté des squatteurs est de faire de cette "Maison du peuple" un endroit qui permettrait de mettre en commun des moyens et des ressources comme une imprimerie, mais aussi un lieu où les gens sans logement pourraient entreposer leurs affaires pendant quelque temps. "Quand on se retrouve sans logement, on a besoin de tout" a expliqué David, un des squatteurs, à nos confrères.

Selon les occupants, ce lieu n'appartiendrait pas à l'Etat, mais à un propriétaire privé, mais qui "ne répond pas aux appels de la police". La police est d'ailleurs présente autour du lieu depuis deux jours et veille aux débordements.

Mathieu, un des squatteurs, a précisé à nos confrères qu'"ils ne sont pas rentrés dans le bâtiment par effraction, les portes étaient ouvertes. Ils sont présents depuis plus de 48 heures et revendiquent l'occupation". Une façon d'expliquer qu'ils connaissent les lois et veulent agir dans un cadre légal. 

Les squatteurs attendent maintenant le déclenchement de la procédure judiciaire, pour lancer des invitations et appeler les différents mouvements et collectifs à venir discuter dans cette "Maison du peuple".

Sur le même sujet

Le Dr Guevara explique la portée de cette modélisation numérique

Les + Lus