A Marseille, une start-up lance le premier traitement textile français anti Covid-19

Le liquide novateur s'utilise sur le tissu et neutralise le Covid-19. Si des combinaisons entières ne sont pas encore à l'étude pour permettre de se déplacer "en toute sécurité", des gants et des masques fabriqués avec cette nouvelle technologie seront vendus à partir de septembre.

Une laborantine présente la base qui viendra assurer le traitement textile antivirale qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2.
Une laborantine présente la base qui viendra assurer le traitement textile antivirale qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2. © Mariella COSTE / FTV
C'est peut-être une petite révolution dans la lutte contre le nouveau coronavirus Covid-19. Sa propriété : être capable de neutraliser le virus. Son nom : Viral Stop. Son lieu de naissance : Marseille, dans l'entreprise de biotechnologie Proneem. 

La start-up marseillaise a développé, avec le soutien de France Chimie et de Novachim, un traitement textile antivirale qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2 sur les surfaces textiles.
Dans les locaux de la société marseillaise de Biotechnologie PRONEEM, entreprise spécialisée dans les technologies fonctionnelles appliquées aux textiles en milieu industriel.
Dans les locaux de la société marseillaise de Biotechnologie PRONEEM, entreprise spécialisée dans les technologies fonctionnelles appliquées aux textiles en milieu industriel. © Mariella COSTE / FTV
Le procédé tient dans l'ajout d'un liquide qui contient du zinc et des oxydes de zinc, placés dans des microcapsules. Ce sont de toutes petites billes, entre 3 et 10 microns (un micron est égal à un millième de millimètre).

"Quand ces microcapsules entrent en contact avec le tissu, elles se cassent et libèrent l'actif à la surface du tissu. Elles détruisent la membrane du virus et l'empêchent d'être infectieux", explique Nathalie Hagege, docteur en biologie moléculaire et immunologie, présidente de Proneem.

L'efficacité du produit a été certifiée pour 30 lavages à 60 degrés. "En France, nous sommes les seuls à avoir prouvé l'efficacité de cette technologie sur la souche cible SARS-CoV-2", assure Nathalie Hagège. 

Pendant toute la période du confinement, cette chercheuse a testé son produit. Elle a conçu des prototypes avec le fabricant marseillais de sous-vêtements HOM et les a fait tester auprès du laboratoire de l'agglomération toulousaine VibioSphen, qui a eu accès à la souche virale du Covid-19. 
L’idée, permettre la fabrication d’équipements textile et non textile  anti covid-19 faciles d’utilisation et réutilisables.
L’idée, permettre la fabrication d’équipements textile et non textile anti covid-19 faciles d’utilisation et réutilisables. © Mariella COSTE / FTV
Viral Stop a ainsi été testé sur des échantillons de différents types de textiles. Selon Proneem, son action réduit la population virale de plus de 99,99 %. Il permet d’augmenter le niveau de protection du textile et limite la transmission du virus.

"Aujourd’hui, dans une période de déconfinement, avec une reprise d'activité dans différents secteurs, il est essentiel d’optimiser la performance des masques sanitaires et des masques chirurgicaux avec des systèmes d’imprégnation pour apporter un maximum de sécurité", explique Nathalie Hagege.

Des gants, des masques, et des projets

La cheffe d'entreprise espère avoir entre les mains la solution "à un problème inédit qui immobilise l’économie mondiale", le fait de pouvoir porter des vêtements capables de neutraliser le virus.

Au delà du domaine médical, l'entreprise vise la déclinaison de sa technologie pour le grand public et le secteur hôtelier, notamment pour la blanchisserie industrielle et celle des établissements de santé.
Gants et masques fabriqués avec un traitement textile antivirale qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2.
Gants et masques fabriqués avec un traitement textile antivirale qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2. © Mariella COSTE / FTV
Le résultat de cette recherche est officiel depuis début juin. Des prototypes de gants et de masques imprégnés de Viral Stop sont au point. La vente devrait commencer début septembre, dans les pharmacies et les bureaux de tabac.

La PME ne peut pas encore donner une idée du prix, mais elle souhaite que ces produits soient "très accessibles". 
 
L'entreprise Proneem
Cette entreprise marseillaise de biotechnologie a été fondée en 2003 par Nathalie HAGEGE, docteur en biochimie.

Proneem est spécialisée dans la micro encapsulation d’actifs naturels pour textiles. Elle propose des traitements antiacariens, antibactériens, anti-insectes, antiodeurs, anti-transpiration, hydratants, relaxants, chauffants, amincissants, parfumants, rafraîchissants, tonifiants...

Pour des secteurs comme la literie, le sport ou l’habillement.

Proneem emploie aujourd’hui 17 personnes et réalise 70 % de son chiffre d’affaires à l'exportation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé sciences société recherche