Motchus : le jeu de mots en ligne pour apprendre à parler le marseillais, le provençal imaginé par le linguiste Médéric Gasquet Cyrus

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fares Arbaoui .

Un linguiste et un professeur de mathématiques, originaires de Marseille, ont eu l'idée de développer le langage provençal et marseillais. Ils ont adapté le jeu de télé Motus en une version locale, Motchus.

Tout savoir sur la course Marseille-Cassis : Course Marseille-Cassis 2022

Vous connaissez sûrement le jeu "Motus", diffusé par France Télévision, pendant plus de 29 ans. Présenté par le célèbre animateur Thierry Beccaro sur France 2 jusqu’à la fin du mois d’août 2019.

Et bien maintenant, il y a Motchus. Vous ne connaissez pas ? C’est normal, il n'existe en ligne que depuis le 20 janvier dernier.

Un jeu de mots pour apprendre le marseillais

Les deux créateurs de ce jeu ont eu l’idée d’adapter le principe du jeu Motus en l’adaptant au langage régional de Marseille et de La Provence.

Pour éviter d’être addictif, un seul mot est à découvrir par jour. Ensuite, il faut attendre le lendemain pour jouer à nouveau.

Par exemple aujourd’hui, il faut deviner le mot F . . . . e, on ne va pas vous donnez la réponse quand même.

On vous donne un petit indice : quand deux personnes se bagarrent. À Marseille on dit "oh, il y a F. . . . e". Et vous avez ainsi six essais pour deviner le mot du jour.

Même Michèle Rubirola, première Adjointe à la ville de Marseille, y joue.

Connaitre mieux le langage marseillais

"Tout le monde ne parle pas le même langage marseillais. Par exemple, il y a des mamies de 90 ans, qui n’utilisent pas les mêmes mots que les jeunes de La Savine", explique Médéric Gasquet-Cyrus. Ce linguiste a mis au point ce jeu, avec l’aide de Denis Beaubiat, professeur de mathématiques au lycée Denis Diderot dans le 13e arrondissement de la ville.

"Avec ce jeu, on veut rassembler. Alors que certains politiciens d’extrême droite essaient de diviser en ce moment". 

Une idée originale

Les deux hommes ont mis moins d’une journée pour préparer le jeu avant de le lancer.

"Il y a des gens qui jouaient au jeu de mots Sutom en ligne. Et ils se plaignaient que des mots marseillais n’étaient pas pris en compte dans ce jeu. Alors j’ai eu l’idée de créer un jeu comme Motus mais avec des mots de Marseille", déclare Médéric Gasquet-Cyrus.

Inclusif et pédagogue

Médéric Gasquet-Cyrus insiste aussi sur deux points en particulier dans Motchus : d’abord il est inclusif, c’est-à-dire qu'il est accessible aussi bien aux Marseillais qu'aux personnes qui ne sont pas de la région. Puis il apporte du vocabulaire aux personnes qui y jouent.

Depuis ce lundi 31 janvier, chaque mot est expliqué avec une définition. Il faut attendre le lendemain pour que la signification apparaisse sur le site.

Pour l’instant, il y a environ 730 mots dans Motchus, donc avec un mot par jour, il est possible de jouer encore pendant deux ans selon le linguiste marseillais.

Mais il promet que d’autres mots vont bientôt être ajoutés comme le fameux "tarpin". Pour l’instant, seulement des mots composés de six à neuf lettres sont dans les cases.

Un premier bilan plutôt positif

"Si on devait s’arrêter maintenant, on serait vraiment contents avec Denis. Depuis deux semaines, les gens sont heureux, ils partagent leurs résultats sur les réseaux sociaux", constate le chroniqueur de France bleu Provence.

Depuis sa mise en ligne, environ 4.000 personnes jouent à Motchus chaque jour. Avec 4.300 joueurs, ce samedi 29 janvier, le record de participation a été battu.

Et c'est bien tout. Le co-créateur de ce jeu précise qu’il n’y a pas de compétition dans ce jeu, car l’important c’est de participer à apprendre le langage marseillais.

Et vous pouvez retrouver tous les matins, Médéric Gasquet-Cyrus sur France Bleu Provence et France 3 Provence-Alpes, en direct pour sa chronique "Dites-le en Marseillais" pour en apprendre encore plus sur le parler local.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité