Olympique de Marseille - PAOK : 13 personnes en garde à vue après une rencontre sous tension

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaid Quioc .

Treize personnes ont été interpellées et placées en garde à vue en marge du match entre l'Olympique de Marseille et les Grecs du PAOK Salonique. De nombreux incidents se sont déroulés dans le stade.

Fumigènes, bombes agricoles, jets de projectiles ... Le stade Vélodrome a été jeudi soir le théâtre d'incidents en marge du match aller de l'OM-PAOK, en quart de finale de la Ligue Europa Conference. 

Treize personnes, dont deux mineurs, ont été placées en garde à vue, indique la procureure Dominique Laurens dans un communiqué. 

Cinq hommes ont été déférés dans l'après midi en procédure de comparution sur reconnaissance de culpabilité dont 1 supporter grec pour des peines de prison avec sursis, des interdictions de stade et une interdiction du territoire français. 

Deux supporters grecs ont été sont poursuivis pour des faits qualifiés d’évasion en bande organisée, vol avec arme, violences avec arme sur PDAP en BO s’agissant des faits commis aux abords des terrasses du port.

Quatre hommes sont en garde à vue pour des faits de violences avec arme envers les forces de l’ordre ou dégradations par jet de pierre, 3 seront jugés en comparution immédiate lundi. 

Jeudi les affrontements entre supporters ont pu être évités, mais toute la rencontre s'est déroulée dans un climat tendu entre supporters grecs et marseillais.

Une trentaine de policiers ont été blessés en s'interposant entre la tribune visiteurs et le virage nord, rapporte la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Deux membres des forces de l'ordre, sérieusement blessés, ont été évacués.

Peu avant le match, des supporters marseillais avaient tenté d'en découdre lors de l'arrivée des Grecs au stade Vélodrome. Plus de 2000 supporters du PAOK ont dû être acheminés sous escorte policière.

Mercredi soir, la veille du match peu après l'arrivée des supporters grecs à Marseille,  des groupes de supporters ont joué au chat et à la souris entre le Vieux Port et le quartier de la gare Saint-Charles. Des dégradations ont été constatées.

Pourtant, des mesures avaient été prises en amont par les clubs et la préfecture de police pour éviter les incidents. Selon la préfecture de police, les supporters grecs et la direction du club qui devait les superviser ne les ont pas respectées.

Les menaces à peine voilées du coach du PAOK

Lors de la conférence de presse d'après-match, l'entraîneur grec Razvan Lucescu a durement réagi à ces incidents. "J'espère que Marseille sera reçu de la même manière que nous avons été reçus. C'est une très mauvaise image pour votre ville," a-t-il commenté au micro de la tribune presse.

Quelques instants plus tard, en passant devant les journalistes, il lâche : "vous avez intérêt à ne pas venir avec vos supporters."

Ces mots ont entraîné une réaction du président marseillais Pablo Longoria. "Pablo
a été voir Lucescu et lui a dit que son attitude était irresponsable et qu'il était
suicidaire d'enflammer les choses ainsi avant le match retour",
a déclaré à l'AFP
une source au sein de l'OM.

Par ailleurs, ce vendredi que l'UEFA a ouvert une enquête disciplinaire contre l'Olympique de Marseille et le PAOK Salonique. Contre l'OM, l'instance européenne retient le jet de projectiles, l'usage de fumigènes, des mouvements de foule et le blocage de passages publics, soit autant d'entorses aux règles de sécurité prévues par son code disciplinaire.

Contre le club grec, battu 2-1, l'UEFA va enquêter sur le jet d'objets, l'usage de fumigènes, ainsi que des dégradations et mouvements de foule, et rendra une
décision "en temps utile", précise son communiqué.

Le match retour se tiendra le jeudi 14 avril à 21 heures à Salonique.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité