OM-Francfort : fumigènes et saluts nazis dans les tribunes, un supporter blessé et 17 interpellations

Mardi soir, l'OM s'est incliné à domicile 0-1 face au club de Francfort. Un supporter allemand a été blessé au cours du match après des échanges de fumigènes dans les tribunes. 17 personnes ont été interpellées en marge de la rencontre classée à haut risque.

C'est un match sous haute tension qui s'est déroulé hier au stade Vélodrome de Marseille, entre l'OM et Francfort. Le club phocéen s'est inclinée 1-0 face à ses adversaires allemands de la Ligue des Champions.

La rencontre était classée à haut risque et un important dispositif policier avait été mis en place dès la veille pour éviter des débordements.

Et s'il n'y a pas eu " d'incidents majeurs", selon la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, la veille du match et lors de la journée de rencontre, il y a eu une dizaine d'interpellations.

Tirs de feux d'artifices et de fumigènes 

Au cours du match à Marseille, un supporter allemand a été blessé par un tir de fumigène dans les tribunes, selon la préfecture de police. "Il a été transporté à l'hôpital de La Timone", ont précisé les marins-pompiers.

Il y a en effet eu plusieurs échanges de fumigènes et de feux d'artifices entre les supporters allemands et marseillais dans les tribunes. 

Trois membres des forces de l'ordre ont également été blessés, a indiqué la préfecture.

Selon le dernier bilan de la préfecture, 17 personnes ont été interpellées mardi en marge du match dont trois supporters allemands pour tentative d'introduction de fumigènes dans le stade. 

Des saluts nazis dans les tribunes

Les autres interpellations concernent des jets de projectiles, des violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, des violences volontaires, l'usage de lasers ou encore l'introduction d'une arme (couteau), selon la préfecture.

Plus tôt, à l'intérieur du stade, "des supporters allemands se sont livrés à des saluts nazis dans la tribune visiteurs", a par ailleurs indiqué la préfecture de police, précisant qu'un signalement avait été effectué par la préfète de police à l'UEFA.