Plusieurs cas d'intoxications au monoxyde de carbone. Attention, faites réviser vos appareils de chauffage

Depuis l'arrivée du froid et la mise en route des appareils de chauffage, plusieurs cas d'intoxications au monoxyde de carbone ont été recensés dans la région. Ce gaz est toxique et mortel. Rappel de quelques consignes de sécurité.

Dans la nuit du 15 au 16 novembre dernier, un couple de sexagénaires Haut-Alpins a été admis à l'hôpital de Gap, suite à une intoxication au monoxyde de carbone (CO). Ils avaient installé un groupe électrogène pour se chauffer suite à la panne de courant liée aux fortes chutes de neige de la région.

4000 intoxications par an

"Ces derniers jours, le monoxyde de carbone a fait plusieurs victimes, notamment dans le département s'inquiète le Sdis 13 qui relaie quelques conseils son compte sur Twitter.  À Marseille, la semaine dernière, le bataillon de marins-pompiers est intervenu à deux reprises pour des cas d'intoxications au monoxyde de carbone, notamment le jeudi 14 novembre, rue de la Guadeloupe, dans le 6e arrondissement.

Ce jour-là, lorsque les secours arrivent dans un appartement situé au 3e étage d'immeuble, ils découvrent huit victimes intoxiquées au monoxyde de carbone, parmi lesquelles : deux enfants âgés de 6 et 10 ans, un ado de 15 ans et un bébé de 18 mois.

Un barbecue au charbon en guise de chauffage

Prises en charge par les marins-pompiers avec un taux de 10 à 28% de CO dans le sang, les victimes ont été rapidement transportées au caisson hyperbare de l'hôpital Sainte-Marguerite.

À l'origine de cette intoxication, les huit personnes se chauffaient toute la journée avec un barbecue au charbon qui a produit du CO.

Un gaz inodore, toxique et mortel

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz invisible, inodore, non-irritant, toxique et mortel. D'un poids à peu près équivalent à l'air, il se mélange facilement à celui-ci.

Le CO est le résultat d'une mauvaise combustion (combustion incomplète) quelle que soit la source d’énergie carbonée (bois, gaz naturel, propane, butane, pétrole liquéfié, charbon, essence, etc.). Ce phénomène est la plupart du temps la conséquence d'un manque d'oxygène (ventilation) ou d'un système de brûlage déréglé.

Mélangé à l'air, le CO est inhalé dans l'organisme par les poumons. Le CO se fixe prioritairement sur l'hémoglobine (globule rouge), prenant la place de l'oxygène (O2) et entraîne l'asphyxie et parfois la mort en moins d'une heure.

Le monoxyde de carbone provoque deux types d'intoxications :
  • L’intoxication faible ou chronique : elle se manifeste par des maux de tête, des nausées, des vomissements et de la fatigue intense. Elle est lente.
  • L’intoxication grave : plus rapide, elle entraîne des vertiges, des troubles du comportement, des pertes de connaissance, le coma ou la mort. Ces intoxications peuvent laisser des séquelles à vie, comme des migraines chroniques ou des troubles neurologiques.
La gravité de l'intoxication dépend de la quantité de CO dans l'air, de la durée d'exposition au CO et de l'état de santé initiale de la personne intoxiquée.

Le CO est responsable de l'intoxication de 5 000 personnes et de 150 morts par an en France.

Spot de sensibilisation aux risques d'intoxication au monoxyde de carbone, réalisé par le bataillon de marins-pompiers de Marseille.

 Quels sont les gestes qui sauvent en cas d'intoxication ?

Dès les premiers symptômes, maux de tête, nausées, fatigue anormale, il est très important de suivre ces gestes :
  • 1- Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • 2- Faire évacuer les locaux de leurs occupants
  • 3- Appeler les secours en composant le 15, le 18 ou le 112
  • 4- Ne réintégrer les locaux qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer
  • Si vous n'êtes pas vous-même intoxiqué, mais si vous découvrez une personne inconsciente, ne pénétrez pas dans la pièce sans évaluer la situation. Si l'évacuation est possible, commencez par aérer les lieux

 Comment limiter les risques d'intoxication ?

Les gaz brûlés émis par les appareils à combustibles carbonés contiennent toujours une petite quantité de CO parce que la combustion n’est jamais tout à fait complète. La quantité de CO dans l'air augmente si l'apport en air frais (ventilation) est insuffisant, si l'évacuation des gaz brûlés (cheminée) n'est pas correctement raccordée ou encore si les brûleurs ne sont pas bien réglés.

Pour limiter les risques d'intoxication au monoxyde de carbone, il faut :
  • Faire vérifier ses appareils à combustibles carbonés régulièrement
  • Raccorder correctement ses appareils à une cheminée et faire ramoner chaque année cette cheminée, pour permettre l'évacuation des gaz
  • Ne pas obstruer les grilles d'aérations, même s'il fait très froid, pour avoir toujours un apport d'air frais
  • Ne pas utiliser un chauffage d'appoint en continu, il est prévu pour des périodes brèves uniquement
  • Ne pas se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, barbecues, etc.), ils dégagent du CO directement dans l'habitation
  • Aérer quotidiennement l'habitation, dix minutes par jour, même par temps froid, pour renouveler l'air vicié
Par ailleurs, les véhicules à moteur dégagent du monoxyde de carbone, ne jamais laisser le moteur allumé d'une voiture, d'une moto ou d'un scooter, dans un garage fermé.