Procurations frauduleuses dans le secteur de Samia Ghali : les quatre gardes à vue levées sans suite judiciaire

Un commandant de police, deux élus et une militante placées sont ressorties de garde à vue sans suite judiciaire. Ils étaient entendus dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de fraudes aux procurations dans le 8e secteur remporté par Samia Ghali au second tour des municipales 2020 à Marseille. 

Un commandant de police serait en garde à vue dans l'enquête sur des procurations présumées frauduleuses.
Un commandant de police serait en garde à vue dans l'enquête sur des procurations présumées frauduleuses. © FTV
Les gardes à vue ont été levées jeudi soir pour les quatre personnes entendues à Marseille, dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de procurations frauduleuses dans le huitième secteur de Marseille.

Elles concernaient un commandant de police de la Division nord, deux co-listiers de Samia Ghali, et une militante, selon une source proche du dossier.

"L'enquête se poursuit, les décisions judiciaires seront prises lorsqu'elle sera achevée", a déclaré la procureure de Marseille
Dominique Laurens.

"Le mode opératoire est toujours similaire malheureusement et ne permet donc pas de s'assurer de la réelle volonté du mandant d'établir une procuration", a-t-elle précisé à l'AFP, évoquant les conditions dans lesquelles ces procurations ont été établies, sans que le mandant ne soit présent, comme le prévoit la loi. 

L'entourage de la sénatrice des quartiers nord a réagi en affirmant avoir "découvert" ces gardes à vue par la presse. "Mais ce sont juste des vérifications", a-t-on affirmé de même source.

Après les perquisitions au QG de Martine Vassal et chez deux candidates LR, ce nouvel épisode, révélé le 6 juillet par le site d'information lemediatv.fr, s'est joué au commissariat du 15e arrondissement. 

"L'affaire des fausses procurations qui a vraiment perturbé la fin de la campagne à Marseille se propage et s'étend désormais au nord de la ville", avait expliqué le journaliste Olivier-Jourdan Roulot, dans l'article co-signé avec Xavier Monnier.

Pas de perquisition mais des policiers auditionnés

"La brigade financière chargée de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Marseille, a organisé une descente samedi, au moment où le conseil municipal élisait dans les conditions que l'on sait un nouveau maire".  

"Il n'a été procédé à aucune perquisition dans un commissariat de police, au domicile de Mme Samia Ghali ou dans un local de campagne", avait corrigé la Procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens.
© FTV
L'enquête porterait sur quelques dizaines de procurations.

"Il y a eu des demandes de procurations transmises par fax, avec des pièces d'identité, les fonctionnaires de police qui les ont réceptionnées les ont validées alors que la loi les oblige à ce qu'on rencontre les mandants", affirmait Olivier-Jourdan Roulot.

Selon les journalistes, les enquêteurs s'intéresseraient de près à un "élu de haut rang", un commissaire de policedeux brigadiers chefs et un major.

Une conséquence de l'enquête dans les 4e et 6e secteurs

"Ces policiers ont été entendus uniquement sur la procédure de recueil des procurations", avait précisé la Procureure de Marseille.

La Procureure générale de Marseille avait par ailleurs souligné que cette seconde enquête sur des procurations dans le 8e secteur était la conséquence directe de la première enquête sur les 4e et 6e secteurs.

"La problématique des conditions de réalisation des procurations a fait l'objet d'une remontée d'information, dans la mesure où l'affaire initiale a suscité un contrôle interne police sur les modalités mises en oeuvre par les OPJ (officiers de police judiciaire) pour le recueil des procurations", avait-t-elle indiqué.
               
"C'est dans ce cadre que des dysfonctionnements ont été notés (dans le 8e secteur) et nous ont été remontés".

Le 8e secteur, territoire de Samia Ghali

Les 15e et 16e arrondissements forment le 8e secteur, où Samia Ghali a été réélue avec 38.16 % des voix au second tour des municipales le 28 juin.

La sénatrice, ex-PS qui se présentait sans étiquette, l'a emporté dans une triangulaire, avec 386 voix d'avance sur le candidat du Printemps Marseillais, le communiste Jean-Marc Coppola (35.23 %), arrivé devant Sophie Grech du Rassemblement national (26.59 %).

Avec ses huit sièges au conseil municipal, Samia Ghali a vendu chèrement son ralliement à Michèle Rubirola. Après d'âpres négociations de dernière minute, elle a obtenu cinq fauteuils d’adjoints, dont celui de deuxième adjointe qui lui revient.

Je n’ai rien à déclarer sur une procédure dont j’ignore tout.

Samia Ghali

"Je n’ai rien à déclarer sur une procédure dont j’ignore tout et dont je suppose qu’elle s’inscrit dans les investigations menées dans l’ensemble des secteurs de Marseille à la suite des incidents révélés précédemment," avait réagi Samia Ghali.  

"Je constate qu’aucun recours n’a été formulé par une des 13 listes candidates lors du 1er tour sur les conditions de l’élection dans les 15e et 16e arrondissements. Par ailleurs, à ma connaissance aucune contestation au sujet des procurations n’a été formulée à l’occasion des opérations de vote".

Cette nouvelle affaire de fausses procurations présumées vient un peu plus entacher le scrutin marseillais.

Le 12 juin, le parquet de Marseille a ouvert une enquête préliminaire sur de possibles fraudes aux procurations par des élus, militants et candidats LR à Marseille après des révélations de France 2 et de l'hebdomadaire Marianne.

Cette première enquête, sur des procurations douteuses dans le secteur de Julien Ravier a ensuite été étendue à des soupçons autour du vote de résidents d'un Ehpad du 6e secteur.

D'autres épisodes à venir

Selon Olivier-Jourdan Roulot, il se pourrait que d'autres listes en course aux municipales soient concernées par la suite de l'enquête.

"Sans remettre en cause l'élection au poste de Michèle Rubirola, il est certain que les équilibres politiques au sein de cette majorité municipale risquent d'être rebattus et ça promet d'être un feuilleton qui va durer", a estimé le journaliste du site d'information en ligne.

"Le quatrième tour est ouvert, il sera cette fois judiciaire".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections justice société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter