• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Récépissés de demande d'asile refusés, la RTM reconnaît une maladresse

L'affichette est restée placardée une semaine en gare routière. / © DR
L'affichette est restée placardée une semaine en gare routière. / © DR

Une affichette placardée en gare routière de Marseille a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. La RTM qui reconnaît une maladresse a retiré la note qui affirmait que les demandeurs d'asile ne pouvaient plus voyager sur les lignes nationales et internationales en car. 

Par Annie Vergnenegre

L'affichette est restée placardée à la gare routière de Marseille quelques jours, assez longtemps pour que le cliché fasse le tour de réseaux sociaux, relayé par El Manba.

Une initiative malheureuse d'un de nos agents

Le collectif soutien Migrants 13 s'indigne : "Après la SECU, le CCAS, la Gare st Charles (Marseille) refuse de prendre en compte les récépissés de demande d'asile qui constituent pourtant un justificatif d'identité légalement défini".
"C'est une initiative malheureuse d'un de nos agents suite au passage des Douanes, reconnaît la direction de la RTM qui gère les lignes de bus mais également de cars sur les lignes nationales et internationales au départ de la gare routière de Marseille Saint-Charles.

En toute bonne foi, il a cru bien faire, mais c'était très maladroit, nous nous en excusons et nous avons retiré cette affichette". 

La note d'information précisait que "les récépissés de demande d'asile ne sont plus acceptés pour les lignes nationales et internationales en car".

Ces documents sont délivrés aux demandeurs d'asile par la préfecture en attendant que leur dossier soit examiné par l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) en vue d'une éventuelle délivrance d'un titre de séjour.

Muni de cette attestation, l'étranger peut se déplacer sur le sol français librement mais pas dans les autres Etats membres de l'Union européenne.

La RTM confirme qu'il n'y a pas d'"obligation à produire une pièce d'identité pour monter à bord des cars", mais qu'en raison des fréquents contrôles douaniers près des zones frontalières, "les compagnies de transport sont sous pression et sont en droit de demander une pièce d'identité avec nom et photo". 

 

Sur le même sujet

Philippe Vardon (RN) explique pourquoi il veut être le prochain maire de Nice

Les + Lus