Confinement : les santonniers privés de foires et de marchés sont inquiets pour leur activité

A l'approche des fêtes de Noël, les santonniers s'inquiètent de l'avenir de leur profession. Avec le confinement, les foires annulées, la fermeture des boutiques, le secteur est gravement impacté. Des emplois sont menacés. La vente en ligne ne règle pas tout. La saison se joue en deux mois. 
Les santonniers sont inquiets pour ce noël 2020, la saison vient de commencer et le confinement a stoppé les ventes. Leur métier est en péril.
Les santonniers sont inquiets pour ce noël 2020, la saison vient de commencer et le confinement a stoppé les ventes. Leur métier est en péril. © Gyotis Delsart/ FTV
Caroline Nafra est décoratrice. Elle travaille depuis 15 ans à la maison Fouque, elle n'a jamais vécu cela. 

Ce santon qu'elle est en train de peindre ne quittera pas l'atelier cette année. Comme des centaines d'autres. 

"On travaille toute l'année pour pouvoir faire une saison qui se joue en deux mois, c'est-à-dire que, pour nous, tout est perdu", déplore Caroline.
L'annulation des foires et marchés aux santons en Provence risque de fragiliser le secteur.
L'annulation des foires et marchés aux santons en Provence risque de fragiliser le secteur. © Gyotis Delsart/ FTV

Chiffre d'affaires impacté, emplois menacés

80 % du chiffre d'affaires est réalisé sur les marchés de Noël entre novembre et décembre. Avec le confinement, tout est remis en question. Cinq emplois sont menacés chez ce santonnier Aixois.  

"Pour former un employé, il faut à peu près cinq ans pour qu'il puisse être à peu près opérationnel. Ce sont ces gens-là qui risquent, eux, d'être obligés de quitter l'entreprise", précise Emmanuel Fouque, santonnier.

Au-delà de la catastrophe financière, c'est toute une corporation qui est en péril. C'est aussi le cas de Stéphane Campana à Aubagne. Il se retrouve avec des stocks de santons dont il ne sait plus quoi faire.
Les stocks des santonniers sont pleins, la saison se joue en deux mois.
Les stocks des santonniers sont pleins, la saison se joue en deux mois. © Gyotis Delsart/FTV

" J'ai de la marchandise de partout, mes expos sont prêtes, mes stocks sont pleins. Normalement, j'écoule ça sur les marchés de Noël et les foires aux santons", détaille le santonnier. 

La vente en ligne : la solution ?

Pour limiter les dégâts, Stéphane a mis en place un système de commande sur internet.

Aujourd'hui, il en a reçu cinq.
 
"Depuis le confinement, les gens se retournent plus sur internet, mais est-ce que cela va pallier le manque des marchés ?", s'interroge Stéphane Campana.

Avec ses commandes, Stéphane va gagner ce week-end 450 euros, soit le quart de ce qu'il gagne en temps normal. D'ici Noël, les santonniers espèrent encore un assouplissement des règles de confinement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 économie