Résultats municipales à Marseille : "C'est un rejet du système Gaudin", Michèle Rubirola devance Martine Vassal

La candidate de l'union de la gauche Michèle Rubirola a créé la surprise dimanche en devançant sa rivale LR Martine Vassal à Marseille, où le maire Jean-Claude Gaudin quitte le pouvoir après 25 ans aux manettes de la deuxième ville de France. Les candidats réagissent.

© Vallauri Nicolas/MAXPPP
Les résultats définitifs finissent par tomber : Michèle Rubirola (23,4%) crée la surprise et devance Martine Vassal (22,3%). Stéphane Ravier (19,5%), Bruno Gilles (10,7%), Sébastien Barles (8,9%), Yvon Berland (7,9%) et Samia Ghali (6,5%). 
© FTV
A Marseille, la succession de Jean-Claude Gaudin est bien plus incertaine pour la candidate LR Martine Vassal, confrontée à une dissidence, et devancée par la candidate de l'union de la gauche.

La candidate LR poussée par la majorité sortante n'est pas arrivée en tête du premier tour. Avec 22,3 % des voix en valeur absolue contre 23,4% pour Michèle Rubirola, Martine Vassal accuse une défaite inattendue, comme le prouve son discours de victoire avant l'annonce des résultats définitifs.

A part dans le 5e secteur, les 9 et 10e arrondissements, où elle parvient à se détacher nettement avec 32,40% des voix, la candidate LR est en difficulté. Dans les 6e et 8e arrondissements, là où Jean-Claude Gaudin était élu au premier tour en 2014, Martine Vassal (27,16%) est tallonnée par Olivia Fortin du Printemps marseillais (24,40%). 

Elle n'a pas réussi à imprimer sa propre marque de fabrique.

"C'est la désillusion pour Martine Vassal, analyse Thierry Bezer, journaliste politique à France 3. Elle paie le fait qu'elle ne se soit pas désolidarisée de la majorité sortante. Il y a toujours eu Jean-Claude Gaudin à ses côtés, les gens ont interprété qu'elle en était l'héritière".

"Cela est accentué par le fait que, même si elle a renouvellé ses listes, elle repart avec tous les élus sortant de la majorité Gaudin (...), des gens qui n'incarnent pas le renouvellement"

D'après une enquête Ipsos parue en janvier 2020, 57% des Marseillais sondés rejettent le bilan de Jean-Claude Gaudin.

"Il y a un système Gaudin-Vassal qui est fortement contesté, abonde la politologue Christèle Lagier, malgré tout Martine Vassale a un électorat qui se mobillise bien, elle a les soutiens de la droite classique qui avait déjà voté Fillon en 2017 malgré un contexte très compliqué. Le Printemps marseillais a eu du mal à trouver ses marques mais témoigne quand même d'un rassemblement des forces de gauche, malgré ceux qui sont partis de leur côté."

Michèle Rubirola crée la surprise

A la tête d'une liste baptisée Printemps marseillais regroupant notamment le Parti socialiste, le Parti communiste et des mouvements citoyens, Mme Rubirola a obtenu sur l'ensemble de la ville, où le vote est divisé par secteurs, 23,4% des suffrages contre 22,3% pour Mme Vassal qui était soutenue par M. Gaudin.

L'ancien maire Jean-Claude Gaudin n'a pas attendu les résultats définitifs du premier tour pour faire paraître un communiqué félicitant Martine Vassal. 

Sophie Camard, tête de liste du Printemps marseillais dans le 1er secteur, ironise sur Twitter :

La candidate du Printemps marseillais savait que la partie allait être serrée. Mais au vu de ses résultats dans les 4e et 5e arrondissements, de ceux "excellents" dans les arrondissements 1-7 et 6-8, Michèle Rubirola était "très sereine par rapport aux résultats globaux"

Au lendemain du premier tour, Michèle Rubirola, "ravie", savoure sa victoire : "C’est un rejet du système et de ceux qui représentent ce système, ses héritiers. (...) Nous sommes en train d’écrire une nouvelle histoire pour Marseille".

"Les résultats concrétisent exactement ce qu’on a entendu pendant toute cette campagne, (...) les Marseillais attendaient vraiment un changement. (...) Le système Gaudin a atteint tous les arrondissements de Marseille".

"Les Marseillais ont réellement pris conscience de ce qu’il avait fait vivre à l’ensemble de la population. Malheureusement il a fallu passer par ce drame de la rue d’Aubagne pour qu’il y ait un réveil des consciences"
.

Pour le second tour, Michèle Rubirola a le même mot d'ordre qu'au début : "une alliance cohérente et claire, des gauches et écologistes". Elle est en pleine discussion avec Sébastien Barles (EELV).

Sebastien Barles appelle à une alliance des forces "progressistes et écologistes"

Le candidat écologiste a récolté 9% des voix lors de ce premier tour sur l'ensemble de la ville, se plaçant 4e dans la course à la mairie de Marseille. 

Son mouvement Debout Marseille appelle à "une alliance large des forces progressistes et écologistes pour mettre fin au système qui a ruiné Marseille". 

Il propose la signature "d'un contrat citoyen pour transformer notre ville et la métropole, baptisé 'L'alliance pour sauver Marseille', qui engagera toutes les parties pendant la durée du prochain mandat pour redresser la ville"

"Ce contrat de ville répond aux urgences qui frappent la ville, écoles, logement, sécurité, propreté, santé avec la pollution et la crise sanitaire du Covid 19".

Sébastien Barles propose d'établir une liste commune face à Martine Vassal et Stéphane Ravier "ceux qui ont abîmé notre ville"

Stéphane Ravier dénonce un "hold-up démocratique"

Le candidat du Rassemblement national Stéphane Ravier, en tête dans les 13e et 14e arrondissements et 3e sur toute la ville, demande l'annulation du scrutin suite à la très faible partipation (32,55%). 

Bruno Gilles : "Les Marseillais veulent une nouvelle gouvernance"

Quelques minutes après l'annonce des résultats définitifs pour la ville de Marseille, Bruno Gilles a commenté la 4e position occupée par sa candidature, sur l'ensemble de la ville. 

"Avec mes têtes de listes, nous sommes fiers d'avoir réalisé une campagne honnête, loyale, basée sur un projet participatif et construite avec de nombreux experts : la société civile et la population"

"Au vu des résultats, les Marseillais veulent clairement une nouvelle gouvernance, a-t-il continué. J'en appelle donc, en conscience (...) à un large arc progressiste pour battre les listes de Martine Vassal et de Stéphane Ravier (...). Ni système, ni extrême".

Samia Ghali : "Le calendrier de ce 2nd tour reste indéfini"

La candidate divers gauche Samia Ghali se place en sixième position sur l'ensemble de la ville ; elle est en tête dans le 8e secteur (15e et 16e arrondissements) avec 25,84% des suffrages, devant le Rassemblement nationale. 

"La responsabilité des partis républicains doit maintenant être à la hauteur du choix clair des Marseillais dans ce secteur particulièrement visé par l'extrême droite", a-t-elle déclaré. 

"Le calendrier de ce 2nd tour reste indéfini et les prochains jours seront consacrés à l'analyse des résultats et l'émergence du meilleur positionnement politique".

Yvon Berland : "On savait qu'on aurait des difficultés"

Le candidat LREM a obtenu seulement 7,3% des voix et ne peut se maintenir au second tour. "On va maintenant discuter avec d'autres listes pour savoir quel projet on peut partager pour Marseille", a-t-il annoncé via La Provence, évoquant "un rassemblement le plus large possible".

"Face à l’éparpillement des projets qui restent en lice pour le 2 ème tour, j’en appelle à la formation d’un arc progressiste qui permettra d’écrire une nouvelle page pour Marseille", a-t-il déclaré dans un communiqué.

1er Secteur (1ᵉʳ et 7ᵉ arrondissements)
Maire sortant : Sabine Bernasconi (LR)
Taux d'abstention : 59,34%
 


2ème Secteur (2e et 3e arrondissements)
Maire sortant : Lisette Narducci (MR)
Taux d'abstention : 70,59%
    


3ème Secteur (4 et le 5 arrondissements)
Maire sortant : Marine Pustorino (LR)
Taux d'abstention : 59,34% : 61,40%


4ème Secteur (6e et 8e arrondissements)
Maire sortant : Yves Moraine (LR)
Taux d'abstention : 62,88%
   
5ème Secteur (9e et 10e arrondissements)
Maire sortant : Lionel Royer-Perreaut (LR)
Taux d'abstention : 69,00%
 
6ème Secteur (11e et 12e arrondissements)
Maire sortant : Julien Ravier (LR)
Taux d'abstention : 68,49%
   
7ème Secteur (13e et 14e arrondissements)
Maire sortant : Sandrine d'Angio (RN)
Taux d'abstention : 71,94%
    
8ème Secteur (15 et le 16 arrondissements 
Maire sortant : Roger Ruze (DVG)
Taux d'abstention : 72,70%
  

Une participation en berne au premier tour

La participation est très faible par rapport à 2014. A 17h, le taux de participation pour les élections municipales à Marseille était de 28,22% contre 41,22% en 2014. En Paca, le repli est aussi spectaculaire : 31,84% contre 56,21% en 2014. 

Il y a six ans, un électeur marseillais sur deux n'était pas allé voter au premier tour des élections municipales. A Marseille, l'abstention a été beaucoup plus forte que la moyenne enregistrée pour le reste de la France (46,4 % contre 36,45%). 

Edouard Philippe a annoncé le maintien des élections municipales malgré la fermeture de tous les lieux publics "non essentiels" à partir de samedi 14 mars à minuit.

La France est passée au stade 3, des mesures de confinement drastiques sont mises en place. A Saint-Barnabé dans le 12e arrondissement, des électeurs se sont déplacés malgré la crainte de la propagation du virus. 
© Des électeurs marseillais à l'ouverture des bureaux de vote

L'abstention de 2014

Dans cette ville de plus en plus marquée par les inégalités sociales, l'abstention a atteint des taux record dans les cités défavorisées des quartiers nord. Ce désintérêt des électeurs a pénalisé le parti socialiste dans des secteurs qui lui étaient habituellement acquis.

C'est dans les deux secteurs, où elle a été la plus forte (53,5% dans le 8e et 50,72% dans le 7e) que le Front national a fait le plus de voix. Dans le 7e secteur, où le FN est arrivé en tête, le sursaut espéré par la gauche au second tour n’a pas eu lieu et le fief PS est tombé.

Les chiffres de la participation à Marseille en 2014 

►Premier tour : 16,18% (12h), 41,22% (17h), 53,53% (définitive)

►Second tour : 13,67% (12h), 40,93% (17h), 57,98 % (définitive)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections