Trafic de drogue à Marseille : un ancien chef de réseau de la Busserine condamné à 11 ans de prison

Un Marseillais de 36 ans a été condamné jeudi à 11 ans de prison et 100 000 euros d'amende pour son rôle de chef, en 2018 et 2019, d'un des plus gros réseaux de stupéfiants des quartiers nord de Marseille.

La cavale d'Ahcène Mabrouk avait pris fin en octobre 2021 aux Caraïbes, sur la base d'une notice rouge d'Interpol, dans l'archipel touristique de San Andres, dans les Caraïbes, en Colombie. Le Marseillais de 36 ans a passé trois ans dans "la prison la plus dangereuse de Bogota" avant d'être extradé vers la France. Il a été condamné ce jeudi 20 juin à 11 ans de prison et 100 000 euros d'amende pour son rôle de "grand gérant", en 2018 et 2019, d'un des plus gros réseaux de stupéfiants, à la cité de la Busserine, dans le 14ᵉ arrondissement de Marseille.

10 000 euros de chiffres d'affaires par jour

Vingt-et-un membres de ce réseau avaient été condamnés en mai 2021 pour un trafic que la procureure Marion Luna a décrit comme très lucratif.  A La Busserine, le seul plan de vente dit de "La Pelouse" écoulait par mois 20 à 30 kilos de résine de cannabis, un kilo d'herbe de cannabis et deux kilos de cocaïne, dégageant un chiffre d'affaires quotidien de près de 10 000 euros selon les enquêteurs.

L'analyse de téléphones chiffrés et des déclarations de coprévenus ont placé Mabrouk "en haut de la pyramide", selon la procureure. Les feuilles de comptes du trafic étaient adressées quotidiennement à DSK, un pseudonyme que le Marseillais réfute. "Ahcène Mabrouk est DSK, il est Le Gros et donc il est le grand gérant du trafic de la Busserine", a conclu l'accusation qui a requis dix ans de prison et une amende 100 000 euros.

Mis en examen dans un dossier d'assassinat

L'accusé conteste avoir dirigé ce trafic, mais il a reconnu "avoir fait dans les stupéfiants, mais dans le passé, seul avec un petit téléphone", ce qui lui avait procuré des "économies" et permis de financer "des vacances" en Amérique du Sud, quand les enquêteurs parlent, eux, d'une cavale. Aux policiers colombiens, il se serait vanté de gagner 35 000 euros par mois quand il était à Marseille.

Depuis son retour en France, Ahcène Mabrouk a été mis en examen dans un dossier d'assassinat commis le 12 mars 2019, dans la cité de La Busserine. La victime était une figure du narcobanditisme originaire d'une cité voisine, lui disputant le leadership sur le trafic, selon les enquêteurs. Des faist qu'il conteste. Ses avocats avaient réclamé sa relaxe, estimant que "la preuve n'est pas rapportée qu'Ahcène Mabrouk et DSK sont bien la même personne". 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité