VIDEO. Alger et Marseille, vraies ou fausses jumelles ?

Marseille et Alger ont beaucoup en commun, les jeunes reporters des Haut-Parleurs de Méditerranée explorent ces deux villes emblématiques / © Les Haut-Parleurs / FTV
Marseille et Alger ont beaucoup en commun, les jeunes reporters des Haut-Parleurs de Méditerranée explorent ces deux villes emblématiques / © Les Haut-Parleurs / FTV

Nos reporters des Haut-Parleurs, Redha et Amina, se perdent dans les rues d'Alger et de Marseille pour faire le portrait de ces villes de Méditerranée, différentes et pourtant si semblables.
 

Par Redha Menassel et Amina Boumazza, KB, Nina Pavan

"Un jour en visitant Marseille, j'ai décidé de m'y perdre. Et au bout d'un moment, j'avais l'impression d'être à Alger. Tout se ressemblait, l'atitude des gens, la ville en banquette, le relief, extrêmement violent… Le Panier pour la Casbah, Notre Dame de la Garde pour Notre Dame d'Afrique […]", explique Halim Faidi, architecte urbaniste. Sur la proposition de l'association d'habitants Les Labourettes, il a tenu en 2017 la conférence Si tu veux comprendre Marseille, laisse-moi te raconter Alger, dans le cadre des Dimanches de la Canebière.

Alger et Marseille sont deux villes portuaires emblématiques, ancrées dans la Méditerranée. Les gens disent toujours qu'Alger et Marseille se ressemblent, dans leur population et dans leur architecture. Amina Boumazza à Marseille et Redha Menassel à Alger, nos reporters des Haut-Parleurs, mènent l'enquête pour savoir si c'est un mythe ou une réalité.
 

Un rapport à la mer puissant

A la cité phocéenne, souvent considérée comme "La Porte de l'Orient" en France, fait face Al-Jazã'ir aussi appelée parfois "la blanche" grâce à sa façade littorale blanche.

C'est de la mer Méditerranée, "le berceau des passages de sciences, de culture et d'hommes" que Marseille et Alger tirent leur histoire, leur attractivité et leur façon de vivre. Halim Faidi le souligne, dans ces deux cités millénaires la relation à la mer est particulièrement puissante, "On regarde la mer, on domine la ville moderne, mais on est connectés à un port."

Bâties de la même pierre

L'étude de l'architecture des deux villes révèle leurs points communs, comme par exemple dans leurs grands ensembles urbains. C'est à l'architecte Fernand Pouillon, 1912-1986, que Marseille et Alger doivent ces grands bâtiments, aménagés autour de grandes places pensées pour créer du contact. L'architecte disait vouloir "faire le bonheur des hommes", il construisit des logements sociaux par milliers pour plusieurs villes de France et en Algérie, une architecture recherchée et à bas coût.
Amina et Rehda, avec l'aide de l'architecte Carina Kurta, comparent les grandes constructions de Pouillon dans le Panier de Marseille et dans le quartier Climat de France d'Alger.

"Ce qui est intéressant, avec Pouillon, c'est qu'il crée d'abord des places, qu'il entoure ensuite d'immeubles. Il a créé ce dont on a besoin en Méditerranée, c’est-à-dire des espaces extérieurs", expose Carina Kurta.

Ces constructions ont même été réalisées par la même pierre, en provenance de Fontvieille, une petite ville proche de Marseille. Cette roche calcaire, blanche aux reflets roux, a également été utilisée pour la construction des arènes d'Arles.

Marseille et Alger, deux villes décidément uniques, qui se font pourtant écho, des deux côtés de la mer Méditerranée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus