"Je ne respirais plus" : un Marseillais photographe amateur raconte les dessous de son cliché finaliste du Wildlife Photographer of the Year

Photographe amateur, Olivier Gonnet est finaliste du prestigieux prix Wildife photographer of the year 2023. Il partage sa vie entre son travail à la RTM, à Marseille et ses voyages, où capture en image la vie des animaux.

La nuit est sur le point de tomber dans la région du Maasai Mara, au Kenya. Menacée par un buffle, juchée sur le tronc d'un ancien figuier, une lionne tente de défendre ses petits. Les deux lionceaux, d'instinct, montrent les crocs.

C'est la photographie de cette scène, prise en 2018, qui a valu à Olivier Gonnet d'être finaliste du prix Wildlife photographer of the year 2023, concours organisé par le Musée d'histoire naturelle de Londres et BBC Wildlife, l'une des plus prestigieuses récompenses pour la photographie naturaliste. Cette année, 50.000 candidats, issus de 95 pays, y ont participé.

Photographe amateur, passionné de voyages

Marseillais, surveillant de travaux à la RTM, Olivier Gonnet photographie en amateur les animaux. Il est finaliste dans la catégorie "comportement mammifère".

"Le buffle, herbivore, peut être attaqué par des lions en meute. Mais il lui arrive de tuer des lions isolés, notamment des petits, pour éviter qu'ils ne deviennent une menace une fois adultes", relate Olivier Gonnet. "La scène que j'ai photographiée raconte cette histoire, assez courante dans la vie animale".

"J'ai appris sur le tas", détaille le quadragénaire, qui a débuté ses voyages photographiques en 2010. "Au fil des années, j'ai appris à comprendre et à anticiper les comportements des animaux et la façon dont ils interagissent. Il m'a aussi fallu apprendre à mieux maîtriser le matériel photo".

Son image, prise à la tombée de la nuit, depuis une voiture, est aussi une prouesse technique. "Nous étions en 2018, le matériel était moins performant qu'aujourd'hui. Au moindre mouvement, l'animal pouvait être flou. Je ne respirais plus."

Une photographie qui raconte une histoire

La scène dure 5 minutes à peine. Le photographe n'a pas droit à l'erreur. "C'était très intense. On sait qu'on est privilégié de vivre cela. C'est une situation à la fois commune dans la nature mais extraordinaire à vivre. On avait tous peur que le lion se fasse encorner par le buffle." Ce que ne montre pas la photo, c'est que la scène finit bien, le buffle, lassé, a finalement abandonné.

Sa passion, reconnaît le surveillant de travaux, coûte cher. Pour ses images, il est parti dix fois au Kenya, il a visité la Namibie, l'Inde… "Plutôt que d'acheter une belle voiture, je mets mon argent dans le matériel photo et dans les voyages."

Encore à Londres pour la remise du prix, Olivier Gonnet, compte bien reprendre dès que possible son appareil pour photographier la vie sauvage et "vendre des tirages", en espérant "sensibiliser les gens à la beauté de la nature".

C'est le célèbre photographe sous-marin Laurent Ballesta, qui a une nouvelle fois remporté le prix de la meilleure photographie au Wildlife photographer of the year 2023.  L’intégralité des résultats du concours est à retrouver dans un ouvrage paru aux éditions Biotope. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité