BTP : arnaque à grande échelle, début du procès lundi à Marseille

Huit prévenus comparaissent à partir de lundi à Marseille dans un dossier de racket d'entreprises du bâtiment. Un procès qui met à jour une forme de criminalité courante dans le secteur mais le plus souvent subie en silence.

Un procès emblématique du racket sur les chantiers de BTP débute lundi à Marseille
Un procès emblématique du racket sur les chantiers de BTP débute lundi à Marseille © NOEL CELIS / AFP
Ce procès concerne le BTP et le chantier de la L2, la rocade de Marseille. Les prévenus comparaissent devant le tribunal correctionnel, pour extorsion, au préjudice de Bouygues, soupçonnés d'avoir exigé des embauches, sans quoi le chantier ne pourrait pas continuer.

L'histoire

L'affaire commence le 26 janvier 2015, à proximité de la cité Picon-Busserine, par l'incendie spectaculaire d'engins de chantier dont une foreuse sophistiquée de la société Bouygues Travaux Publics, une machine quasi-unique en Europe. Préjudice: deux millions d'euros.
Troublante coïncidence, trois jours plus tard, le responsable de ce chantier de la L2 reçoit un devis de la société Télésurveillance Gardiennage Intervention (TGI) pour assurer la sécurité des lieux. Brisant le silence qui entoure ce type de délits, un ingénieur de Bouygues porte plainte.

L'un des principaux prévenus, Halid Compaoré, 39 ans est décrit dans l'enquête comme "l'incontournable détenteur du sésame ouvrant la voie au marché de la sécurité dans les quartiers Nord de Marseille". Il s'en prenait aux entreprises du BTP, intimées d'embaucher du personnel de TGI, ou à d'autres entreprises de sécurité, obligées de verser leur dîme pour travailler. "Les sociétés n'ont pas le choix et doivent passer par lui", expliquera l'un de ses concurrents évoquant des menaces, notamment avec une arme: "ces personnes font tout sous la force".

Un médiateur de 45 ans, Karim Ziani, dirigeant du club de foot de la cité et homonyme d'un international algérien qui a notamment joué à l'OM, devra également s'expliquer.C'est lui qui a mis en relation les racketteurs et les responsables du chantier de la L2... à la demande de ces derniers. Anticipant des difficultés dans ce quartier sensible, ils avaient demandé à rencontrer un "facilitateur".
Pour les enquêteurs, il est un rouage essentiel du racket, qui agissait "en connaissance de cause". Alarmiste, Karim Ziani affirmait que "la pression" montait et qu'il ne pourrait "plus rien maîtriser" si des habitants de la cité n'étaient pas embauchés par l'intermédiaire de la société TGI. Il aurait aussi lâché aux entrepreneurs que Compaoré avait mis le feu la foreuse.

Extorsion et délits financiers

A la barre, comparaîtra également le gérant de TGI, Rafik Zeroual, 43 ans, pour complicité. Lui semblait se contenter de passer des ordres et de prélever son pourcentage. 7 à 8.000 euros par mois, de son propre aveu. Dans ce dossier, près de 500.000 euros ont été saisis au total, sur une quinzaine de comptes. Outre le volet extorsion, les prévenus devront répondre d'une multitude de délits financiers: les sociétés ne payaient pas d'impôts, réglaient les salaires en liquide,
ne disposaient d'aucune habilitation...

Pour le tribunal de Marseille, ce procès doit être une vitrine de la lutte contre le racket sur les chantiers. Le parquet en a fait l'une de ses priorités, et des policiers sont chargés de lutter contre ces pratiques, souvent tues, en regagnant la confiance des entrepreneurs.




AFP  le 25/03/2017 08:00:05
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société travaux publics économie