Dans le canton 3 de Marseille, la guerre des gauches peut profiter à la droite

Le socialiste Jibrayel affiche 15 ans de mandats dans les quartiers nord de Marseille. Il est défié par un autre homme de gauche, un candidat FN, et deux binômes : UMP et Front de Gauche.

Henri Jibrayel connaît tout le monde. Lorsqu'il se promène sur le port de l'Estaque, il s'interrompt constamment pour saluer ses amis électeurs. Son discours est bien rodé, il est en présence permanente sur le terrain. Jibrayel "le patron" se dit nullement impressionné par les accusations de clientèlisme lancées par les autres candidats. 

L'un de ses adversaires, justement, est aussi un homme de gauche. Bernard Marty est candidat de La Force du 13, le parti de Jean-Noël Guerini. L'ancien syndicaliste connaît, lui aussi, beaucoup de monde, et veut sortir le Conseil Général de sa tour d'ivoire, pour s'ouvrir aux populations.


La guerre des gauches pourrait profiter à la droite

Le candidat Front National, Bernard Marandat, veut redistribuer les richesses du Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Dans un canton où les cités côtoient les noyaux villageois, ce parti espère séduire. Le candidat FN veut rétablir une justice dans les prestations sociales et les logements.
Même cheval de bataille pour les candidats UMP. Georges Panagiotou et Catherine Rivet-Jolin veulent redistribuer les aides sociales à ceux qui en ont besoin.
Dans le canton, le Front de Gauche est représenté par les candidats Valérie Diamanti et Jean Sicard. 

Tout savoir sur les élections départementales dans votre région