• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Législatives : #MAVOIX veut faire entendre les citoyens à l'Assemblée

© capture d'écran mavoix.info
© capture d'écran mavoix.info

Une mouvement en dehors des partis baptisé "Ma Voix" tente de se faire entendre pour les prochaines législatives de juin prochain. Il espère présenter des candidats tirés au sort et qui, s'ils sont élus, voteront ce que les citoyens leur demandent.

Par Annie Vergnenegre

Céline à Marseille, Laurent à Coudoux, Mélodie à Hyères, Aurélie à Nice, Nathalie à Orange, Jordi à Avignon, Georges à Aix-en-Provence, Thierry à Fréjus, Fred à Trets. Ces neuf habitants de Paca ont rejoint #MAVOIX, une initiative citoyenne qui ambitionne de réinvestir la politique en vue des élections législatives des 11 et 18 juin prochains.

Expérimentation démocratique


Si on en croit les sondages, l’abstention pourrait atteindre 30 %, un niveau record à la présidentielle. Face à ce désintérêt croissant, le mouvement, qui se présente comme une "expérimentation démocratique à l’occasion des législatives de juin 2017", entend réveiller le député qui sommeille en chacun de nous.

"Je suis citoyenne indignée mais pas résignée. Je me porte volontaire pour devenir députée. Je VEUX que cette expérience /expérimentation soit durable et pérenne," 

explique Céline sur son profil de présentation.

Tirage au sort le 6 mai


Nathalie, elle, travaille à la Poste et affirme : "je peux donner de son temps et de mon énergie pour participer à cette folle aventure et porter haut et fort la parole de ceux qui crèvent en silence".
A 68 jours du scrutin, le mouvement recense 183 « volontaires » pour être députés. Les candidats seront tirés au sort le 6 mai. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 25 avril à minuit. 

Tout a été prévu pour venir en aide à ces novices en politique. Des formations en ligne ont ét postées sur le site, et sont disponibles, sur inscription, pour permettre aux candidats députés #MAVOIX de comprendre le fonctionnement des institutions.

Pas de leader


Quant au programme, "c’est la méthode" répond le mouvement sans leader qui revendique :  "pas de personnification, député-e retranscrivant le choix des électeurs exprimé sur la plateforme de vote. Le « programme » des autres partis n’étant que très peu appliqué, pourquoi s’y attacher ? Il sera passionnant de voir comment les citoyen.ne.s se positionnent justement de manière libre, sur chaque loi, pendant 5 ans ».

Les membres de #MAVOIX veulent se réapproprier la démocratie pour faire entendre leurs voix. Partout en France, des réunions publiques s’organisent pour faire connaître le mouvement. A Marseille, rendez-vous est fixé le 5 avril, pour des échanges dans le cadre du Printemps Marseillais de la Démocratie Citoyenne.

 

Sur le même sujet

Jean-Pierre Vassallo, maire de Tende

Les + Lus