• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Profanation de la stèle Manouchian : deux sympathisants d'extrême droite condamnés

Les deux hommes à l'audience du procès qui s'est tenu vendredi matin au tribunal correctionnel de Marseille. / © France 3 Provence Alpes
Les deux hommes à l'audience du procès qui s'est tenu vendredi matin au tribunal correctionnel de Marseille. / © France 3 Provence Alpes

Deux hommes ont été condamnés à 100 heures de travail d'intérêt général par le tribunal correctionnel de Marseille pour avoir profané la stèle du résistant Missak Manouchian.

Par Annie Vergnenegre

Deux Marseillais, âgés de 30 et 42 ans ont été condamnés vendredi à 100 heures de travaux d'intérêt général, par le tribunal correctionnel de Marseille.
Les deux hommes, définis par le parquet comme des sympathisants d'extrême droite, avaient participé à la manifestation organisée par le groupe d'extrême droite "Mouvement Populaire-Nouvelle Aurore" le 6 septembre 2014 dans les jardins du Pharo à Marseille autour de la stèle érigée à la mémoire de Missak Manouchian.

Un militant de MPNA avait fait un discours dénonçant le rôle du résistant communiste, commandant du groupe FTP-Moi, fusillé avec 22 de ses camarades par les nazis, au Mont Valérien le 21 février 1944. Les manifestants, au nombre d'une dizaine, avaient ensuite masqué d'un drap blanc le buste de Manouchian qualifiant le résistant de « terroriste venu d’URSS pour déstabiliser la France », responsable de "56 attentats". La scène avait été filmée et postée par les militants d'extrême droite sur leur page Facebook. Cet acte correspond à une "violation de monument édifié à la mémoire des morts", un délit passible d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Une bêtise qui fait peur

Dans son réquisitoire, la Procureure de la République Anne Lezer a évoqué "un procès de la bêtise" ajoutant "c'est ce qui fait peur".  
La stèle Manouchian dans les jardins du Pharo à Marseille. / © France 3 Provence Alpes
La stèle Manouchian dans les jardins du Pharo à Marseille. / © France 3 Provence Alpes
Olivier Bianciotto, agent de sécurité et David Guichard, gardien d'immeuble à Marseille n'ont pas convaincu le tribunal quand ils ont affirmé ne pas savoir qui était Manouchian pas plus que le MPNA. Ils ont 18 mois pour effectuer leur peine de travail d'intérêt général sinon elle sera transformée en deux mois de prison.

Sur le même sujet

Interview d'Eric Pauget, député LR des Alpes-Maritimes

Les + Lus