Cabriès : une fillette sauvée de la noyade par ses parents, guidés par les pompiers au téléphone

Lorsque les parents appellent le 18, leur petite fille de trois ans est inconsciente, elle vient de se noyer dans la piscine de la maison. Lundi, vers 17 heures, les régulateurs qui reçoivent l'appel vont guider les parents pour pratiquer les gestes qui sauvent. Et sauver la fillette.  

© Google Maps
Autour de 17h, à Cabriès, une petite fille âgée de trois ans se noie dans une piscine individuelle. Ses parents appellent les pompiers.

Pendant qu'un équipage se dirige vers eux, les pompiers régulateurs guident les parents au téléphone pour prodiguer les "gestes qui sauvent".

Trois minutes pour sauver une vie

Ils doivent ventiler leur fille. C'est-à-dire pratiquer un bouche-à-bouche et un massage cardiaque. C'est le père qui intervient et la fillette reprend connaissance. 

L'opération dure environ cinq minutes jusqu'à ce que les pompiers arrivent sur place. La petite fille est transportée à l'hôpital Nord de Marseille. Elle a été placée en coma artificiel.   Lorsqu'une personne est en arrêt respiratoire, on dispose d'environ trois minutes pour la sauver. Passé ce délai, elle risque de souffrir de séquelles.

Les pompiers encouragent tout le monde à se former aux gestes qui sauvent. Certains modules ne durent que deux heures. En général, ces formations permettent de sauver ses proches.

Le Bon Samaritain est une application qui permet de géolocaliser les défibrilateurs à proximité. Cet outil aussi peut sauver et les pompiers conseillent de l'utiliser.

50 décès chez les enfants de moins de 13 ans 

Entre le 1er juin et le 30 juin 2020, 157 passages aux urgences pour cause de noyade en France ont été enregistrés dans le réseau de surveillance OSCOUR®, indique Santé Publique France. 45 % de ces passages aux urgences ont concerné les enfants de moins de six ans.

Les chiffres de 2020 sont en nette baisse par rapport aux deux étés précédents et c'est en grande partie dû au contexte du coronavirus et à la fermeture des piscines publiques ou privées à usage collectif, des parcs aquatiques et aux restrictions d'accès aux plages. 
 
Le ministère des Sports rappelle que les noyades accidentelles représentent environ 1 000 décès par an en France. Chaque été, les noyades accidentelles provoquent environ 50 décès chez les enfants de moins de 13 ans.

C'est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.

Un noyade sur 4 est mortelle. Et quand la victime survit, il existe un risque de graves séquelles.

Un pic de chaleur multiplie par trois le risque de noyades.

Vous tenez à eux, ne les quittez pas des yeux.

Chaque été, le ministère des Sports renouvelle sa campagne de Prévention des noyades. Cet été le slogan est : "Vous tenez à eux, ne les quittez pas des yeux" parce qu'"aucun dispositif de prévention ne remplace votre vigilance, même dans les lieux de baignade surveillée" insiste le ministère.

Que ce soit à la plage ou dans une piscine privée, trop de noyades d'enfants surviennent dans un moment d'inattention des adultes, d'où le rappel de quelques consignes de sécurité simples :Autre règle essentielle : désigner un seul adulte responsable de la surveillance. Il est montré que lorsque plusieurs adultes surveillent des enfants, chacun " se repose" en fait sur l'autre pour mener à bien à la mission et c'est là que les accidents se produisent.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noyade faits divers pompiers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter