Qualité de l'air : pic de pollution à l'ozone dans les Bouches-du-Rhône, Vaucluse et Alpes-de-Haute-Provence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sidonie Canetto, Ghislaine Milliet

Les fortes chaleurs sont propices à la formation de l'ozone. Le niveau d'alerte concerne les Bouches-du-Rhône, les Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse et sera étendu au Var samedi. Des mesures d'urgence sont prises pour réduire les émissions de polluants sur les départements concernés.

Il existe deux sortes d'ozone : la première est un gaz naturel situé à très haute altitude, qui protège les organismes vivants des rayons ultra-violets du soleil.



L'autre ozone est un gaz dangereux pour la santé humaine. Il se forme par réaction chimique à partir d'autres polluants, en particulier les oxydes d'azote et des hydrocarbures, sous l'action des rayons UV du soleil.



L'ozone est un gaz irritant pour les yeux et l'appareil respiratoire. Il peut entraîner une hyper-réactivité bronchique, pouvant découler sur des crises d’asthme et un encombrement bronchique.



L’ozone peut être, par ailleurs, à l’origine d’irritations naso-pharyngées.

Irritant pour les yeux, le nez, les poumons

Un fort ensoleillement, comme c'est le cas une grande partie de l'été en Provence-Alpes-Côte d'Azur, est donc propice à sa formation.



La préfecture a lancé une alerte de niveau 1 de pollution à l'ozone ce vendredi dans les départements du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence et des Bouches-du-Rhône.
Des mesures d'urgence visant à réduire les émissions de polluants ont été mises en place ce vendredi sur les départements concernés par la procédure d'alerte.



Elles concernent la réduction de la vitesse et la réduction des émissions industrielles.



Samedi, le Var doit passer en procédure d'information-recommandations, le premier niveau d'alerte. 
Le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône et les Alpes-de-Haute-Provence seront toujours en niveau 1. Il engage toute la population, et pas seulement les publics fragiles, à suivre les recommandations préfectorales suivantes :



Pour l’ensemble de la population :
  • Réduire et reporter les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou en intérieur.
  • Conseil supplémentaire à l'attention des populations vulnérables ou sensibles :
  • viter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe (7h-10h / 16h-19h) ;
  • Reporter les activités qui demandent le plus d’effort et privilégier des sorties brèves qui demandent le moins d’effort ;
  • Eviter les sorties en début d’après-midi (entre 12 h et 16 h).
Recommandations comportementales
  • Limiter, pour les déplacements privés et professionnels, l'usage des véhicules automobiles par recours au covoiturage, aux transports en commun et aux modes de déplacement non polluants (marche à pied, vélo);
  • Respecter l'interdiction des brûlages à l'air libre et l'encadrement des dérogations ;
  • Arrêter, en période de chauffe, l'utilisation des appareils de combustion de biomasse non performants (foyers ouverts, poêles acquis avant 2002) ;
  • Maîtriser la température dans les bâtiments ( climatisation) ;
  • Reporter les travaux d'entretien ou nettoyage nécessitant l'utilisation de solvants, peintures, vernis.
Dans les principales villes de la région (Aix-en-Provence, Toulon, Marseille, Cannes, Nice et Avignon, la qualité de l'air  était de "moyenne" à "médiocre" vendredi à l'exception de Nice, selon AtmoSud, l'observatoire de la qualité de l'air en Paca.
Demain 1er août, la situation se dégradera encore pour les villes de Toulon et de Nice, et restera inchangée pour les autres communes citées.

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité